eco et migrationenvironnement

DR. MARIAM AIDARA, DIRECTRICE GÉNÉRALE DE DAKAR SCIENCE PO, LA GRANDE ECOLE PANAFRICAINE DE SCIENCE POLITIQUE, A CŒUR OUVERT SUR LE CONCEPT DIT L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

« L’Intelligence Artificielle est un outil très important pour aider et donner des opportunités à l’Afrique. Il ne fallait pas que l’Afrique reste hors de ce débat, vu que c’est un outil qui peut participer au développement de nos pays. Il était important pour Dakar Science Po de faire le bilan… »

L’intelligence artificielle (IA) est un ensemble des théories et des techniques développant des programmes informatiques complexes capables de simuler certains traits de l’intelligence humaine (raisonnement, apprentissage…), a appris vendredi soir à Dakar, le reporter du 1er journal en ligne économique, agricole, environnement…du Sénégal le www.rondelleplus.org, au cours des séries de conférences sous la houlette du Dr. Mariam Aidara, Directrice Générale de la Grande École  Panafricaine de Science Politique, Dakar Science Po, devenues une tradition dans la façon et une culture de donner du savoir à ses apprenants. Selon le texte parvenu à la rédaction du 1er journal en ligne économique du Sénégal le www.rondelleplus.org et nos sources recoupées, l’intelligence artificielle (IA) est aussi : « l’ensemble des théories et des techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence ». En effet, elle correspond donc à un ensemble de concepts et de technologies plus qu’à une discipline autonome constituée. « L’Intelligence Artificielle (IA) marque une prodigieuse évolution des technologies de l’information et de la communication dont le numérique et la transformation digitale constituent une clé de voûte et un enjeu majeur pour le devenir de notre humanité dont la maîtrise, par nos soins, semble de plus en plus hypothétique », a soutenu d’entrée, face à la presse spécialisée sur les questions économiques, numériques et environnementales…du Sénégal, Dr. Mariam Aidara, Directrice Générale de Dakar Science Po, la Grande École Panafricaine de Science Politique de Dakar et d’Afrique de l’Ouest, dans le contexte où cette conférence sur l’intelligence artificielle (IA) est axée sur le thème : « Pourquoi l’Intelligence Artificielle doit-elle interpeller nos décideurs politiques ». A en croire, Mme Mariam Aidara, Directrice Générale de Dakar Science et Docteur en Relation Internationale et Science Politique, Diplômée de la plus prestigieuse école du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques (CEDS) de Paris, Antenne Régionale de Dakar, en ces termes : « La seule certitude que je partage avec vous, c’est que l’intelligence artificielle est fermement ancrée dans la transformation digitale qui est consubstantielle à sa naissance et son essor depuis les années 1940. Elle renvoie aujourd’hui à un large éventail de disciplines, de technologies, de méthodes, de mise en œuvre de philosophies, d’interrogations et surtout d’appréhensions légitimes justifiées ou non ». Pour elle : « L’IA, est porteuse de progrès technologiques au point de bouleverser les sociétés et les économies, elle suscite une attention croissante des secteurs publics et privés, des chercheurs, de la société civile, mais aussi de la communauté internationale et des décideurs politiques. Jamais l’intelligence artificielle n’a été autant au cœur des débats dans le monde et l’Afrique n’échappe pas à cette tendance, ce pourquoi, notre devoir de vous inviter à cette réflexion. Il est important de noter que l’Intelligence Artificielle progresse rapidement et devient un important levier dans les stratégies d’influence et de puissance ». D’après Dr. Mariam Aidara : « Ceci vaut autant pour la hard power (applications militaires) que le pour le soft power (impact économique, influence politique et culturelle…). Les États-Unis et la Chine dominent le marché et imposent leur pouvoir. L’Europe est à la traîne et cherche à réagir en émettant de nouvelles réglementations. Quant à la situation de l’Afrique qui n’échappera pas à la sagacité de nos panélistes, elle est devenue un terrain de rivalité pour les « empires digitaux ». Les acteurs nationaux sont de plus en plus conscients des enjeux stratégiques, politiques, économiques et militaires du développement de l’IA. Ils anticipent également son impact dans tous les domaines, notamment sur les élections, comme l’ont montré les interférences dans le scrutin présidentiel aux États-Unis en 2016 et dans le référendum sur le Brexit. L’IA est d’ores et déjà devenu un outil de puissance et le sera de plus en plus, au fur et à mesure que ses applications, en particulier dans le domaine militaire, se développeront. Se focaliser exclusivement sur le hard power serait toutefois une erreur car l’IA influence indirectement ses utilisateurs à travers le monde, culturellement, commercialement et politiquement. Ce soft power bénéficie surtout aux empires numériques sino-américains et pose des problématiques éthiques de gouvernance politique et économique majeure ». « L’Intelligence Artificielle est un outil très important pour aider et donner des opportunités à l’Afrique. Il ne fallait pas que l’Afrique reste hors de ce débat, vu que c’est un outil qui peut participer au développement de nos pays, il était important pour Dakar Science Po de faire le bilan de ce qui existe en terme d’intelligence artificielle (IA) au Sénégal et de voir comment est-ce que nos politiques peuvent traiter cette question et comment à travers nos échanges nous pouvons contribuer à sensibiliser et à s’approprier ce concept », a argumenté, face à la presse économique et numérique du Sénégal (www.rondelleplus.org), Dr. Mariam Aidara, Directrice Générale de Dakar Science Po, cette Grande École Panafricaine de Science Politique.

 

Par Amadou Tidiane Sow

www.rondelleplus.org

1er Journal en Ligne Economique, Agri Tech, Agricole, Environnement…du Sénégal

A Suivre…   

               

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer