eco et migration

LE COURROUX DU COLLECTIF DES 22 NOTAIRES DU SÉNÉGAL, ILS DÉCIDENT D’ALLER VERS UNE GRÉVE DE LA FAIM CE VENDREDI

« Seule la lutte libère et nous allons mener cette lutte, ce combat… », selon Me Christophe François Niokhor Ndiakh Diouf, Membre du Collectif des 22 Notaires du Sénégal

 

 Après un concours très sélectif basé sur la méritocratie, d’il y’a 7 ans, ces notaires peinent a trouvé de l’emploi, a constaté jeudi matin à Dakar, le reporter du 1er journal en ligne économique et foncier du Sénégal le www.rondelleplus.org . Ainsi, à l’image de « Moussikassika, ce Petit Poussin » qui demandait de l’aide aux : « Morceaux de Bois » devant des pièges et injustices qu’il subissait sur son droit chemin. En effet, ces notaires qui se sont réunis autour d’une bannière dite : « Collectif des 22 Notaires » sortent de leur mutisme pour dénoncer jusqu’à la dernière énergie leur situation actuelle, qu’elle juge non confortable. « Cela fait 7 ans que nous sommes dans le notariat admis à un concours national, mais ne nous parvenons pas à nous installer officiellement comme Notaire pour diverses causes. Nous ne nous sommes pas à notre premier cri de cœur, ni à notre première activité. L’objectif principal de notre rencontre, d’aujourd’hui est d’étayer, de rappeler nos arguments à l’endroit des autorités du Sénégal pour attirer leur attention sur le fait que nous ne comprenons pas, nous ne comprenons plus les lenteurs que nos nominations persistent à prendre, alors qu’officiellement rien ne s’y opposent », a soutenu, d’entrée Me Mansour Diop, Membre du Collectif des 22 Notaires du Sénégal. « Aujourd’hui, nous vivons une nébuleuse dans le notariat, nous vivons l’une des heures les plus sombres dans le notariat et pour cause l’État du Sénégal depuis 7 ans à refuser de décerner aux jeunes qui ont réussi à un concours national où il y’avait plus de 800 candidats et dont leurs lauréats servaient à 22. Après avoir satisfait correctement nos stages et depuis 7 ans nous attendons notre décret de nomination, que rien ne justifie l’absence de ce décret, de fait et de droit. De droit, nous ne pouvons pas comprendre contrairement à la déclaration des droits de l’homme où chaque personne a une dignité à préserver au nom de l’emploi et que des gens qui ont eu à réussir à un concours national soient laissés en rade pour des situations injustifiées, parce que la nomination des notaires grève en aucun cas, en aucune manière les finances publiques. Le Notaire n’est pas quelqu’un à qui on doit à un salaire », a argumenté, face à la presse économique et foncière (www.rondelleplus.org) du Sénégal, Me Christophe François Niokhor Ndiakh Diouf, Membre du Collectif des 22 Notaires du Sénégal. D’après lui : « Nous avons décidé de tenir cette rencontre avec les journalistes pour vous faire part de cette situation-là. La seconde étape, on ne peut pas comprendre dans une profession où il y’a des notaires qui ont plus de 70 ans, alors qu’il y’a une jeunesse qui est là et qu’on continu à privilégier cette frange de la population au détriment des jeunes, rien ne le justifie. On nous a imposé ce combat, nous allons le mener, parce que c’est un combat de principe. Au-delà de nous, nous ne pouvons pas comprendre que des personnes qui sont sorties des universités de Dakar, de Saint-Louis et de Ziguinchor, qui sont des sénégalais qui ont fait leurs études, ici à Dakar, qu’on nous laisse en rade au détriment d’autres personnes, rien ne le justifie et ça ne passera pas ! En définitive, seule la lutte libère et nous allons mener cette lutte, ce combat ! ». Pour rappel, ce Collectif des 22 Notaires décide de passer à une vitesse supérieure en allant vers une grève de la faim, ce Vendredi !

 

 

Par Amadou Tidiane Sow

www.rondelleplus.org

1er Journal en Ligne Économique et Foncier du Sénégal

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer