eco et migration

HABIB NDAO, SECRÉTAIRE EXÉCUTIF DE L’OQSF

« Il faut que le segment des banques classiques s’adapte à l’environnement des jeunes, l’OQSF sensibilise les populations sur les opportunités à travailler avec les opérateurs financiers… »

Après le département de Rufisque chez la communauté des Lébous, la zone de Mermoz-Sacré-Cœur à l’Institut Africain de Management (IAM), qui ont fini de comprendre l’éducation financière (E.F), ce concept financier qui empêche le gaspillage et favorise l’épargne, c’est au tour de la zone de Dakar-Plateau notamment le Groupe SUP DE CO d’accueillir, mardi matin, la version décentralisée de la session de sensibilisation sur l’éducation financière (EF) sous la houlette de l’observatoire de la qualité des services financiers (OQSF) dirigé par son Secrétaire Exécutif, Monsieur Habib Ndao. En effet, l’éducation financière (EF) participe à la protection des clients et renvoie à l’amélioration de connaissances financières, ainsi que la mise à disposition de la bonne information et de conseils éclairés aux usagers pour des décisions en matière de dépenses, d’épargne, d’investissements, de crédit, d’assurance et de pension, a appris le desk économie et migration du 1er journal en ligne économique sénégalais le www.rondelleplus.org, suite à un communiqué parvenu à notre rédaction. Selon le texte, pour les jeunes, l’éducation financière (EF) contribue à favoriser : « Une gestion optimale de leurs finances à court terme et à développer des habitudes financières responsables à long terme ; une plus grande connaissance des produits et services financiers ». « Cette génération de jeunes sera plus riche, Inchalla, avec la découverte des ressources naturelles comme le pétrole et le gaz. Avec l’éducation financière (EF), nous voulons pousser les étudiants de SUP DE CO dans un circuit formel », a soutenu, face à la presse économique sénégalaise (www.rondelleplus.org), Monsieur Habib Ndao, Secrétaire Exécutif de l’OQSF. D’après lui : « Il faut que le segment des banques classiques s’adapte à l’environnement des jeunes, voilà tout le sens de cette session de sensibilisation sur l’éducation financière (EF) pour les étudiants de SUP DE CO. Seul l’esprit d’entrepreneuriat peut sortir les jeunes de cette carence d’emploi, les jeunes doivent avoir aussi le goût du risque ». « Le meilleur moyen de chercher de l’emploi, c’est de le créer. Nous avons une population jeune, il était tout à fait concevable qu’on passe par les écoles de commerce, ces écoles de formation comme l’IAM, SUP DE CO et d’autres qui vont venir. Au-delà, du taux de bancarisation (TB) de 19%, nous pensons au taux d’inclusion financière (IF). Le taux d’inclusion financière, c’est quand vous avez un compte électronique, que vous utilisez un service financier, au-delà à trois reprises, c’est à partir de là où on dit telle ou telle personne est financièrement inclue. L’Observatoire de la Qualité des Services Financiers sensibilise les populations sur les opportunités à travailler avec les opérateurs financiers ».

 

 

Par Amadou Tidiane Sow

www.rondelleplus.org

1er Journal en Ligne Économique du Sénégal

                    

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer