eco et migrationenvironnement

LETTRE DE POLITIQUE SECTORIELLE (LPS) DU MMESS, LES ACTEURS A L’ECOLE DE LA VALIDATION DU DOCUMENT

« Le sous-secteur de l’économie sociale et solidaire a besoin d’être mieux structuré et nécessite un cadre institutionnel organisé favorable à son éclosion… », selon Mme Zahra Iyane Thiam Diop, Ministre en Charge de la Microfinance et de l’Economie Sociale et Solidaire

« Nous allons voir les organes à mettre en avant pour plus de concertations et d’échanges, mais également pour une meilleure atteinte des objectifs cadrés à la réalité économique des bénéficiaires », a soutenu, lundi matin à Dakar, face à la presse économique sénégalaise (www.rondelleplus.org), Mme Zahra Iyane Thiam Diop, Ministre en Charge de la Microfinance et de l’Economie Sociale et Solidaire, au cours d’un conclave de validation technique de la lettre de politique sectorielle (LPS) de son département (MMESS). Selon Mme Diop, ce document constitue l’outil de pilotage du Ministère pour assoir sa stratégie de promotion et de développement des sous-secteurs de la microfinance et de l’économie sociale et solidaire. « Il est fortement articulé autour du PAP PSE II (2019-2023) et en conformité avec les Objectifs de Développement Durable (ODD) », a argumenté, la Patronne du MMESS, Mme Zahra Iyane Thiam Diop, face à aux médias spécialisés sur les questions économiques au Sénégal (www.rondelleplus.org). A en croire, Mme Zahra Iyane Thiam Diop, en ces termes : « Au Sénégal, le sous-secteur de la microfinance connait un progrès éclatant au regard des indicateurs sectoriels, mais force est de reconnaître que le sous-secteur de l’économie sociale et solidaire a besoin d’être mieux structuré et nécessite un cadre institutionnel organisé favorable à son éclosion ». Pour rappel, l’objectif principal de ce conclave d’un jour sous la houlette de Mme Zahra Iyane Thiam Diop, Ministre en Charge de la Microfinance et de l’Économie Sociale et Solidaire (MMESS) était de procéder à la validation technique de la LPS de son département (MMESS), y compris son Plan d’Actions (2020-2024) et de son budget d’exécution. Bref, ce conclave d’un jour avait regroupé les acteurs de la microfinance et de l’économie sociale et solidaire (Etat, Acteurs de l’ESS, SFD, PTF…), qui ont échangé et s’accordé sur les orientations stratégiques et les objectifs proposés en vue d’avoir une bonne appropriation du document, condition nécessaire à la bonne mise en œuvre du plan d’actions.

Par Amadou Tidiane Sow
www.rondelleplus.org
1er Journal en Ligne Économique du Sénégal
BLUECOM

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer