eco et migrationenvironnement

LES SFD EN CHIFFRES ET EN LETTRES, MOUHAMED YOUNOUSS EST L’INITIATEUR DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE

« Dans les institutions de microfinance, le social n’y est plus, l’esprit a été faussé depuis fort longtemps… », selon Ibrahima Famara Cissé, Président de l’ACSIF

Dans un contexte d’une volonté affirmée par l’État du Sénégal sous la houlette de Son Excellence le Président de la République, Macky Sall, de faire la promotion de la microfinance, à travers une vision claire définie dans la lettre de politique sectorielle de ce secteur, c’est-à-dire, la microfinance. En effet, reconnu comme un outil important pouvant apporter des réponses adéquates et durables aux besoins de financement de l’entreprenariat, notamment, chez les couches vulnérables, le secteur de la microfinance contribue de manière très appréciable au financement de l’économie du pays (Le Sénégal), a appris, le reporter du desk économie et migration du 1er journal en ligne économique sénégalais le www.rondelleplus.org, vendredi matin à Dakar, au cours d’un conclave de 48 heures intitulé : « Rencontre de concertation sur l’allégement des taux d’intérêt débiteurs appliqués par les systèmes financiers décentralisés (SFD) ». « Les systèmes financiers décentralisés (SFD) sont des mutuels ou des banques de proximité, parce qu’il y’a des populations qui habitent dans des localités enclavées, Mouhamed Younouss, Prix Nobel de la Paix a été l’instigateur, l’initiateur des institutions de microfinance. C’est pour permettre à ces couches-là de bénéficier de prêts à des taux moins élevés qui leurs permettraient de développer leurs activités, parce que ces populations-là ne pouvaient pas accéder aux crédits des banques classiques, voilà donc tout l’esprit des institutions de microfinance, mais ce que nous avons constaté, c’est que ces institutions de microfinance aujourd’hui, font exactement ceux que réalisent les banques, le social n’y est plus et de sur quoi, on dirait même que ces institutions en font plus que les banques, donc l’esprit a été faussé depuis fort longtemps », a soutenu, face à la presse économique sénégalaise, d’Afrique, Monsieur Famara Ibrahima Cissé, Président de l’Association des Clients et Sociétaires des Institutions Financières (ACSIF) du Sénégal. Par ailleurs, selon des statistiques fournies par les services du Ministère des Finances et du Budget, le poids du secteur au 30 Juin 2019, représentait 3.052.345 membres/clients, 303 SFD avec 905 points de services. Ainsi, l’encours de crédit s’établit à 439 milliards de FCFA et l’encours des dépôts s’élève à 335 milliards de FCFA au moment où le taux de pénétration est estimé à 15,8%. Selon les résultats de l’enquête de satisfaction auprès des usagers des SFD réalisée par l’Observatoire de la Qualité des Services Financiers (OQSF) en 2017, le taux de satisfaction des usagers sur les taux d’intérêt appliqués aux prêts s’est fortement dégradé. En effet, ce taux est passé de 34,5% en 2011 à 21,1% en 2017. De même, une proportion de 78,9% des enquêtés estime élever le niveau des taux d’intérêt débiteurs appliqués par les SFD. La même tendance d’appréciation négative sur ces taux est notée aussi bien chez les personnes physiques (78,9%) que chez les personnes morales avec un taux d’insatisfaction de 79,9%. Dans le communiqué parvenu au desk économie et migration du 1er journal en ligne économique du Sénégal le www.rondelleplus.org, il est souligné que : « Le rapport de l’étude sur la tarification des SFD effectuée en 2017 par la BCEAO a révélé que les taux d’intérêt appliqués à la clientèle des SFD par type de prêts octroyés varient de 13% à 18% pour les prêts à la consommation, de 15% à 24% pour les prêts d’équipement et de 14% à 24% pour les prêts de trésorerie ». Pour rappel, l’objectif principal de ce conclave de 48 heures est d’engager la réflexion et de proposer des solutions permettant à la fois d’aller vers un allégement des conditions d’accès aux services financiers offerts par les SFD, en particulier les taux d’intérêt.

Par Amadou Tidiane Sow

www.rondelleplus.org

1er Journal en Ligne Economique du Sénégal

BLUECOM

A Suivre…                          

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer