eco et migrationenvironnement

DAKAR, LE « LE GROS VILLAGE » PENSE A LA MISE A JOUR DE SON PLAN DIRECTEUR D’URBANISME ET SES ENVIRONS GRACE A TOKYO, LE NOUVEAU POLE URBAIN DE DAGA-KHOLPA EST AUSSI CONCERNE

« Le Plan Directeur d’Urbanisme (PDU) comme vous le savez ce sont des outils de planification urbaine. La région de Dakar comme vous le savez a eu son premier plan en 1946. Ce plan a été revu dans les années 1960… », selon Abdou Karim Fofana (MULHP)

« Pendant longtemps, l’agglomération de Dakar n’a pas connu de planification globale. Cela a occasionné une urbanisation galopante dont le taux a explosé en quelques décennies. Pour maîtriser ce rythme soutenu d’urbanisation, le Gouvernement du Sénégal a initié le PDU avec l’appui de l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA). Comme vous le savez, ce plan est la continuité de celui déjà en cours, et dont la durée d’exécution s’achève en 2025. L’objectif principal est d’aboutir à une occupation beaucoup plus organisée de l’espace dakarois, et d’optimiser la planification de la ville pour une occupation concertée, rationnelle et harmonieuse de cet espace. Cela se fera avec le soutien des experts japonais en la matière », a soutenu d’entrée, lundi matin à Dakar, Son Excellence Monsieur Arai Tatsuo, Ambassadeur du Japon au Sénégal Résident à Dakar, face à la presse économique et foncière sénégalaise (www.rondelleplus.org), au cours d’un conclave de partage du plan directeur d’urbanisme de Dakar (PDU) et ses environs à l’horizon 2035, ainsi que le plan d’urbanisme de détails du nouveau pôle urbain (PUD) de Daga-Kholpa, sous la houlette du Ministère de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène Publique (MULHP), que pilote Monsieur Abdou Karim Fofana, à travers aussi la Direction Générale de l’Urbanisme et de l’Architecture (DGUA), de la Direction du Développement Urbain Durable, de la Planification Urbaine et de la Réglementation (DDUDPUR) et du Japon (JICA). Selon S.E.M Arai Tatsuo, Ambassadeur du Japon au Sénégal Résident à Dakar, en effet, de nos jours, l’espace n’est plus neutre. Il fait partie intégrante des facteurs de développement et de croissance. Ce plan directeur se justifie par la nécessité de doter la région de Dakar d’un plan d’urbanisme qui répond aux normes des villes modernes. Dakar est confrontée à de multiples problèmes liés au transport des biens et des personnes, à la collecte et au traitement des déchets, à la distribution de l’eau, de l’électricité, à la répartition des grands équipements. « Pour Daga Kholpa, situé à proximité du nouvel aéroport, dans la zone de Diamniadio, l’accent sera mis en particulier sur le développement participatif, afin d’intégrer le plus possible les vues des communautés et des collectivités locales. L’espace urbain devra allier dans le cadre de son développement, la prise en compte de l’environnement et la préservation des terres agricoles et des zones forestières. Les pôles urbains comme Daga Kholpa seront des villes durables. Dans une ville durable, la croissance économique est continue, avec la création d’opportunités d’emploi et la réduction de la pauvreté. La qualité de vie des populations augmente, les biens et services disponibles étant plus nombreux. Ces plans d’urbanisme ont donc été initiés dans le cadre de la décentralisation et de l’aménagement du territoire. Ils constituent une stratégie de choix dans le désengorgement de la capitale asphyxiée par la pollution, la raréfaction du foncier et la maîtrise difficile de l’urbanisation. Les réponses à apporter aux problèmes du développement urbain ne sont pas uniquement techniques, c’est avant tout une volonté politique de l’état à long terme. Cette volonté politique a été clairement exprimée par Son Excellence Monsieur le Président Macky SALL dans le cadre du PSE, le Plan Sénégal Emergent », a argumenté, face à la presse spécialisée sur les questions foncières au Sénégal, Son Excellence Monsieur Arai Tatsuo, Ambassadeur du Japon au Sénégal Résident à Dakar. A en croire, Monsieur Abdou Karim Fofana, Ministre en Charge de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène Publique (MULHP), en ces termes : « Alors, le Plan Directeur d’Urbanisme (PDU) comme vous le savez ce sont des outils de planification urbaine. La région de Dakar comme vous le savez a eu son premier plan en 1946. Ce plan a été revu dans les années 1960. Le célèbre plan Écochard qui a connu des mises à jour. Et, aujourd’hui, c’est une mise à jour, une grande mise à jour, pour revoir le plan d’occupation des sols, mais l’organisation aussi de la ville urbaine sur toute la région de Dakar et ses environs. Vous le savez, Dakar, a beaucoup évolué avec une densité de la population qui s’augmente de jours en jours. Donc, il était nécessaire de le faire de façon récurrente, mais aussi de façon planifiée l’organisation de l’espace dans toute cette région. Nous avons des défis importants : l’habitat, nous avons aussi d’autres défis économiques, de l’industrialisation. Il y’a aussi des écosystèmes à préserver, c’est l’agriculture, le maraîchage. Nous avons de grandes infrastructures pour venir accompagner le développement urbain de Dakar, mais tout cela doit se faire dans le cadre d’une planification, donc le plan directeur d’urbanisation de la région sert à cela. Et nous sommes ravis que le japon vienne accompagner le Sénégal dans cet exercice très important qui a duré 18 mois avec un accompagnement technique et financier du Japon. Le Japon, c’est un pays ami du Sénégal, vous le savez, le Sénégal à 60 ans depuis son indépendance, mais les relations entre le Japon et le Sénégal datent de 60 ans. Depuis1960, le Sénégal et le Japon sont ensemble dans beaucoup d’opération, de coopération, vous l’avez vu dans le domaine de la santé, dans le domaine universitaire bientôt, mais aussi dans le domaine du développement urbain, dans le domaine de l’hydraulique et nous sommes très ravis de célébrer encore une fois cette coopération, qui est très utile pour les populations et pour les États ». Interpellé sur la manne financière de ce plan directeur d’urbanisme de Dakar (PDU) par la presse économique sénégalaise (www.rondelleplus.org), Monsieur Abdou Karim Fofana souligne : « Les techniciens vont vous le dire, mais il n’y a pas à parler de manne financière, un plan d’urbanisme a un coût, je ne saurais vous dire le montant exact, mais les services vont vous l’indiquer. En tout cas ce qui a été très important dans cette collaboration, c’est que, ce sont des experts internationaux qui sont mis par la JICA avec nos équipes qui ont travaillé. Il y’a aussi des villes secondaires, vous l’avez vu, il y’a aussi le nouveau pôle urbain de Daga-Kholpa, qui a fait l’objet d’une étude pour avoir un plan d’urbanisme de l’État ». D’après Son Excellence Monsieur Arai Tatsuo, Ambassadeur du Japon au Sénégal Résident à Dakar : « Je voudrais rappeler ici que Monsieur le Président Macky SALL a visité le Japon à l’occasion de la septième Conférence Internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique, la TICAD 7, en août dernier. Au cours de la Conférence, notre Premier Ministre, Son Excellence Monsieur ABE Shinzo a lui aussi fait part de sa volonté politique pour la contribution à l’élaboration d’une société résiliente et durable en Afrique, parce qu’elle constitue la base de l’amélioration de la qualité de vie et de la croissance économique. Ces plans d’urbanisme traduisent donc le souhait de nos deux pays, le Sénégal et le Japon, de concrétiser leur volonté politique ».

Par Amadou Tidiane Sow

www.rondelleplus.org

1er Journal Foncier du Sénégal

BLUECOM

A Suivre…   

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer