eco et migrationenvironnement

SOMMET INTERNATIONAL DU BASSIN SÉDIMENTAIRE MSGBC A DAKAR

« Tous ces projets sont des défis en terme de complexité géologique, mais surtout des enjeux financiers… », selon Macky Sall, Président de la République du Sénégal

« Le MSGBC, ce sommet international, qui se passe à Dakar (Sénégal) depuis 2016, sa 1ière édition du genre tenue, donne l’occasion de montrer aux acteurs du monde l’exemplarité de notre coopération, mais aussi l’attractivité de notre bassin, qui est loin d’avoir livré tout son potentiel », a soutenu, mercredi matin à Dakar, Son Excellence, Le Président de la République du Sénégal, Macky Sall, face à la presse économique et environnement du Sénégal (www.rondelleplus.org), dans le contexte de l’ouverture officielle du 4ième sommet international du bassin sédimentaire MSGBC. « Il nous a permis, suite à des années d’efforts, en 2014, de faire d’importantes découvertes de pétrole, le projet sangomar, mais aussi d’une ressource naturelle comme le gaz, en Mauritanie et au Sénégal, redonnant ainsi un intérêt accru à notre bassin sédimentaire », a argumenté, Monsieur Le Président de la République, Macky Sall, devant la presse spécialisée sur les questions environnementales et économiques au Sénégal (www.rondelleplus.org). D’après Macky Sall : « Tous ces projets sont des défis en terme de complexité géologique, mais surtout des enjeux financiers ». Ainsi, le Président de la République du Sénégal, Macky Sall, a souligné que : « Ces évolutions majeures nécessitent des réformes bien structurées et portées par des orientations stratégiques, des mesures ciblées, des dispositions participant à asseoir un cadre de gestion sain et durable de ces ressources naturelles au profit de la nation sénégalaise, du peuple sénégalais. C’est tout le sens des améliorations apportées dans le dispositif institutionnel et le cadre juridique du Sénégal dans le domaine des hydrocarbures ». Pour rappel, Macky Sall, Président de la République du Sénégal, a éclairé que : « Le bassin sédimentaire MSGBC, commun à la Gambie, à la Guinée, à la Guinée-Bissau, à la Mauritanie et au Sénégal est loin d’avoir livré tout son potentiel ».

Par Amadou Tidiane Sow

1er Journal en Ligne Economique et Environnement du Sénégal

www.rondelleplus.org

BLUECOM

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer