eco et migrationenvironnement

LANCEMENT DU PROJET SHETRADES, UN CADRE DE PARTAGE D’EXPÉRIENCE POUR LES FEMMES ENTREPRENEURES

Un programme phare du Centre du Commerce International (ITC) qui vise à connecter 3 millions de femmes aux marchés d’ici 2021…

Elles étaient plus de 60 femmes, des Directrices de Structures, qui sont dans le secteur de l’entreprenariat, des Experts de l’ITC SheTrades, mardi matin à Dakar, a constaté le reporter du 1er journal économique du Sénégal le www.rondelleplus.org, en conclave pour parler et présenter l’initiative SheTrades, débattre des défis et contraintes rencontrées par les femmes entrepreneures du secteur de la technologie, dont le thème a été sur : « Promouvoir l’autonomisation des femmes dans le secteur des TIC au Sénégal ». En effet, l’initiative ITC SheTrades est un programme phare du Centre du Commerce International (ITC) qui vise à connecter 3 millions de femmes aux marchés d’ici 2021. Ainsi, la rencontre de Dakar est dans un contexte où l’autonomisation économique des femmes est essentielle pour permettre aux pays en développement de libérer leur potentiel et pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD). En l’occurrence, l’autonomisation des femmes contribue directement aux objectifs, selon le communiqué parvenu à la rédaction du 1er économique sénégalais en ligne (www.rondelleplus.org) : « Objectif 1 (Pas de Pauvreté), Objectif 5 (Egalité entre les Sexes) et Objectif 8 (Travail Décent et Croissance Économique) ». D’après le communiqué : « Des recherches montrent que si les femmes contribuent autant à l’économie que les hommes, le PIB annuel mondial augmenterait d’environ 28 millions de dollars US ». Dans la foulée, SheTrades est un projet, qui fixe sept domaines d’intervention pour atteindre son objectif, il s’agit de : « 1. Promouvoir la collecte de données de qualité : promouvoir la collecte de données désagrégées par sexe sur la participation économique des femmes, afin d’assurer que les femmes soient identifiables et visibles dans l’économie. 2. Adopter des politiques équitables : intégrer la sensibilisation et les considérations relatives au genre dans les politiques commerciales et les accords commerciaux, afin d’inclure proactivement les femmes et entreprises appartenant à des femmes aux marchés internationaux. 3. Sécuriser les contrats gouvernementaux : promouvoir l’accès aux marchés publics par les entreprises appartenant à des femmes en adoptant des régimes de passation de marchés transparents et inclusifs, afin d’atteindre des résultats de plus grande envergure avec des impacts sur les chaînes d’approvisionnement institutionnels. 4. Conclure des transactions commerciales : rendre les chaînes d’approvisionnement inclusives et fixer comme objectif d’avoir au moins 10% des passations de marchés publics attribuées à des entreprises appartenant, dirigées et contrôlées par une ou plusieurs femmes. 5. Garantir l’accès aux marchés : adopter une approche orientée vers le genre pour pallier aux mesures non tarifaires qui affectent souvent disproportionnellement la capacité des entreprises appartenant à des femmes à bénéficier pleinement de la participation au commerce. 6. Débloquer des services financiers : développer un cadre légal où l’accès et le contrôle des services financiers peuvent être effectivement fournis aux femmes, incluant à travers l’utilisation de la technologie. 7. Octroyer des droits de propriété : entreprendre des réformes législatives et administratives pour garantir l’accès total et égalitaire des femmes et des filles à la propriété et le contrôle des ressources ». « Nous permettons aux femmes d’accéder aux marchés chez SheTrades et à comprendre les actions commerciales. SheTrades est un projet actuellement présent dans plus de 25 pays. Nous sommes au Sénégal pour accompagner les entreprises qui sont dans les TIC et BPO, processus d’externalisation des métiers. Donc, il y’a cette composante SheTrades qui vise à promouvoir l’autonomisation des femmes dans le secteur des TIC au Sénégal, afin de les accompagner pour qu’elles puissent réaliser leur plein potentiel », a soutenu, face à la presse économique et numérique au Sénégal spécialisée dans les startups (www.rondelleplus.org), Mme Nydiane Razafindrahaingo, Experte Associée, Chaînes de valeur durables et inclusives, Division des entreprises et institutions, au Centre Commerce International (ITC). A en croire, Coura Fall, Directrice Générale du Centre d’Appel SAMRES SENEGAL, en ces termes : « Il était question pour moi de parler un peu des défis que rencontrent les femmes entrepreneures dans le secteur des TIC. Au-delà, d’énumérer les défis auxquels ces femmes sont confrontées tous les jours, j’ai préféré orienter mon intervention en terme de partage d’expérience dans ce domaine puisque ça fait quand même, plus de 25 ans, que je suis dans le secteur des technologies en ayant travaillé dans beaucoup de sociétés. Aujourd’hui, nous en tant que femmes ce que l’on a comme défi est que nous n’avons pas de cadre d’échange et de partage pour pouvoir vraiment capitaliser, pour soutenir, orienter, les startups et les jeunes filles qui veulent intervenir dans le domaine des sciences et des technologies. Absolument, nous pensons que SheTrades est un cadre de réflexion que nous n’avions pas, SheTrades arrive à bon escient dans la mesure où ça va permettre, quand même, aux femmes de pouvoir se retrouver, se recouper, c’est une plateforme aussi bien mobile et web, y compris une application mobile. Nous savons que les femmes ont accès à l’internet avec le mobile, donc ça permettra d’accompagner les femmes porteuses d’idées et d’initiatives, c’est-à-dire, des entrepreneures ».

Par Amadou Tidiane Sow
www.rondelleplus.org
1er Journal Economique du Sénégal
Spécialiste des Startups
Chez BLUECOM ECONOMIQUE MEDIAS
BEM

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer