eco et migrationenvironnement

DEMBA, LE DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LA SENELEC, UN « PAPE » DES CHIFFRES ET DES LETTRES, DANS LE CONTEXTE D’UNE INSTITUTION PUBLIQUE INSTABLE JUSQU’A L’OS ET SI MOUHAMADOU MAKHTAR CISSE CE « MESSI » DE LA BONNE GESTION ÉTAIT TOUJOURS A SA PLACE

La hausse de la facture d’électricité est prévue ce dimanche !

Ce n’est pas une information au sein de la rédaction du 1er journal économique du Sénégal le www.rondelleplu.org , qui dans une de ses publications (Voir Ailleurs : Ndlr) avait annoncé que tôt ou tard la Senelec va hausser la facture d’électricité. De ce fait, Monsieur Pape Demba Bitéye, Directeur Général, de la SENELEC vient de confirmer ou conforter, notre publication exclusive (www.rondelleplus.org), il y’a quelques mois voir presque une année, mardi matin à Dakar, face à la presse économique sénégalaise (www.rondelleplus.org). Ainsi, la rédaction de votre canard économique en ligne le www.rondelleplus.org ne fait qu’informer dans la véracité des faits, des constats et encore une fois cette institution à vocation de fournir de l’électricité aux sénégalais partout et pour tous, la Senelec est instable du fait des changements d’hommes, d’une politisation incomprise. En effet, de Mademba Sock, qui incarnait l’idéologie syndicale d’alors, qui a été un phénomène dans le secteur de l’énergie, Ancien du SUTELEC, plus de 27 ans, qui avait même inspiré Monsieur Youssou Ndour a lui dédié une chanson : « Mademba Bou Dee Yaaw Laa… », en passant par Monsieur Latsoukabé Fall, Ancien Directeur Général de la Senelec, sous le magistère de l’Ancien Président de la République du Sénégal, Son Excellence Monsieur Abdoulaye Wade, Karim Wade à l’époque appelé : « Ministre du Ciel et de la Terre… », tellement il occupait beaucoup de tâches dans le gouvernement jadis de son Papa, qui avait initié un programme ou plan d’urgence intitulé : « Plan Takkal » d’une valeur de plus d’1 milliard d’euros, dans le contexte d’une crise énergétique, qui avait fait des émeutes à Dakar et sa Banlieue, partout dans les régions du Sénégal, qui était ambitieux en théorie, mais sa mise en œuvre laissait de nombreuses zones d’ombres ou de points en suspens : Ils étaient incapables !

Par ailleurs, Pape Dieng, Ancien Directeur Général de la Senelec, la liste est loin d’être terminée pour étayer l’instabilité de cette institution publique, qui appartient aux sénégalais.

Sous ce registre, seul, alors seul, Mouhamadou Makhtar Cissé, Directeur Général de la SENELEC, il y’a juste des mois, a réussi son magistère ou sa mission principale de fournir de l’électricité aux sénégalais partout et pour tous, point de coupures et ou peu de coupures ont marqué d’une manière indélébile, son rôle d’un bon manager à la tête de la Senelec, cet Ancien Directeur Général de la Douane, cet Ancien Chef de Cabinet de Son Excellence Monsieur Macky Sall, Président de la République du Sénégal, devenu grâce à ses performances le Ministre en Charge du Pétrole et des Energies : Et s’il cumulait SENELEC (Energie), Pétrole et Gaz… ?

Pape Demba Biteye, Actuel Directeur Général de la SENELEC, le moins connu de tous : « Foumou Tocc… » hérite de Monsieur Makhtar Cissé, d’une Senelec de bonne qualité, d’une bonne gestion, d’une refonte plus réfléchie que la refonte de la banque agricole (Ex : Caisse Nationale de Crédit Agricole du Sénégal CNCAS), une Senelec d’un bon design sous le magistère de Monsieur Mouhamadou Makhtar Cissé avec un logo bien réfléchi, des codes de couleurs qui sont aussi bien réfléchies… « La Commission de Régulation du Secteur de l’Electricité (CRSE) conformément aux dispositions de la loi 98-29 du 14 avril 1998 en son article 28, a approuvé, par décision numéro 2019-48 du 19 Novembre 2019, la nouvelle grille des tarifs de vente de l’énergie électrique applicable par la Senelec. Ces tarifs seront appliqués sur les consommations d’électricité à compter du 1er Décembre 2019. J’ai décidé de vous parler dans un langage de vérité, à chaque fois que la situation se présente ou l’exige, ce n’est pas nouveau, cette révision ou réajustement », a soutenu d’entrée, face à la presse économique, Monsieur Pape Demba Biteye, Directeur Général de la Senelec. Selon lui, l’application de la nouvelle grille tarifaire ne concernera que les factures à payer en Janvier 2020 pour certains et Février 2020 pour les autres. Elle impactera la clientèle domestique, qui est de 1 131 053, à fin 2018, comme suit : « Les ménages à faibles revenus (54%) : 0% de hausse pour 611 203 ménages ; 300 000 clients domestiques (26%) auront une augmentation de 2,7%. Autres ménages (20%) : hausse entre 7 et 10% qui avaient après la baisse de 10% de 2017 ». A en croire, Pape Demba Biteye, en ces termes : « Pour le trimestre commençant le 1er Octobre 2019, le manque à gagner se chiffre à 12,191 milliards FCFA correspondant à une hausse tarifaire de 26,3%. L’ajustement des tarifs du 1er Décembre 2019 correspond en réalité à une hausse de 6% (contre 20,3% supportés encore par le Gouvernement), soit une contribution des clients à la hauteur de 2,462 milliards de FCFA sur 12,191 milliards de FCFA de la compensation du dernier trimestre de 2019. Pendant ces trois années, le Gouvernement a supporté 316,342 milliards FCFA afin d’éviter une augmentation des tarifs pour le consommateur. En outre, le Gouvernement n’a pas appliqué la Redevance Électrification (RER) aux consommateurs de 0,7 FCFA par kWh depuis 2006 ; ce qui constitue une autre forme de subvention aux consommateurs qui ont accès à l’électricité par ceux qui n’en ont pas. La Senelec a besoin de disposer des ressources financières qui lui permettent de réaliser les objectifs de performances qui lui sont fixés par l’Etat dans un contrat de performance qui lie les deux parties ». « La justification de la hausse est de permettre à la Senelec de réaliser son programme d’investissement, de 1 493 milliards de FCFA (2020-2022), pour améliorer en continu le niveau de qualité du service à ses clients. Ces investissements y compris la transformation des centrales au gaz vont permettre à la Senelec de réduire ses coûts de production d’environ 40% ; cette réduction sera répercutée aux consommateurs dès 2023 par la même formule de contrôle des revenus. Permettre à l’Etat de mieux accompagner la Senelec pour l’exécution de son programme d’investissement. En réduisant la subvention, l’Etat disposera de plus de ressources pour l’électrification rurale et les autres projets nécessitant des garanties dans le cadre de l’accès universel et du programme Gas To Power. Permettre à l’ASER de disposer de plus de revenus pour réaliser ses projets d’électrification rurale pour améliorer l’équité territoriale. Cette RER est comprise entre 1,2 et 2,5 milliards FCFA par an », a argumenté, Monsieur Demba, ce « Pape » des Chiffres et des Lettres, dans un contexte de mots contre maux…

L’instabilité chronique jusqu’à l’os électrocute la Senelec !

Par Amadou Tidiane Sow
www.rondelleplus.org
1er Journal Economique du Sénégal
Groupe Bluecom Economique Médias
BEM

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer