agriculture

ENTRE 2001 ET 2019, L’ESPAGNE EST LA VACHE GRASSE ET LAITIÈRE DU SÉNÉGAL, UN VOLUME TRÈS OFFICIEL AVEC UN FONDS DE L’ESPAGNE DESTINE AU SÉNÉGAL, S’EST ÉLEVÉ A PRES DE 277 MILLIARDS DE FRANCS CFA, PADAER 2, UN PROJET LOURD DE PLUS DE 50 MILLIARDS DE FRANCS CFA, TOUT EST QUESTION DE PRÊT, LES RÉSULTATS DOIVENT SUIVRE

« Nous avons sorti 10 millions d’euro sous forme de prêt à l’Etat du Sénégal pour la phase 2 du PADAER… », selon Son Excellence Alberto Virella, Ambassadeur d’Espagne au Sénégal

« Ici au Sénégal, nous préférons la banane de qualité, la banane en quantité aussi, parce que c’est avec le programme d’appui au développement agricole et à l’entreprenariat rural, Acte 1, (PADAER 1), que nous avons essayé de faire une surface de 50 000 hectares (ha) au niveau de Lagoya dans le département de Tamba et la Commune de Dialokoto, en augmentant les rendements agricoles et diminuer les travaux des producteurs », a soutenu, jeudi matin à Dakar, face à la presse agricole sénégalaise (www.rondelleplus.org) , Monsieur Mamadou Sall « Le Roi de la Banane », Président des Producteurs de la filière Banane du Sénégal, dans le cadre d’une cérémonie conjointe qui annonce la fin du PADAER, Acte 1, et qui ouvre le PADAER, Acte 2, qui est un projet de plus de 50 milliards de francs CFA financé par le fonds international de développement agricole (FIDA) et la République d’Espagne. « Les réalisations du PADER, Acte 1, ont été mises en œuvre dans le domaine de l’agriculture sous pluie avec les céréales, le maïs, le niébé, l’appui à l’élevage, mais aussi l’appui à l’irrigation, l’appui aux unités pastorales, bien entendu, ce qui fait un élément clé du FIDA, l’appui aux groupements de producteurs, aux interprofessions et aux entreprises rurales. Pour le PADAER, Acte 2, le FIDA donc a signé un accord d’une manne financière estimée à hauteur de 40 millions d’euro avec l’Etat du Sénégal. Ce sont des interventions que le FIDA fait sous forme de prêt de longues durées. Le FIDA est dans plus de 100 pays, appui les actions de l’Etat en faveur de l’agriculture familiale. En Asie, l’agriculture familiale ne fait pas débat, ce sont les petits producteurs, qui font la richesse de l’agriculture parce qu’ils ont su intensifier et moderniser l’agriculture, ils ont su travailler avec le secteur privé, faire de l’agriculture contractuelle qui ont permis de les enrichir. Le PADAER, Acte 2, est d’une durée de 6 ans, nous travaillons avec l’Etat du Sénégal sur une longue durée. Les problèmes du monde agricole ne peuvent pas se régler, ne peuvent pas se résoudre en coût de projets ponctuels, c’est un travail de longues durées qui va permettre de doubler, de tripler les revenus agricoles familiaux, permettre aux familles de voir un vrai changement dans leurs conditions de vie, afin que les jeunes puissent découvrir une agriculture moderne et productive. La République d’Espagne a financé la phase 1 du PADAER avec le FIDA et aussi la phase 2 », a argumenté, Monsieur Benoit Thierry, Représentant Régional du FIDA en Afrique de l’Ouest, Département de la Gestion des Programmes. A en croire, Son Excellence Alberto Virella, Ambassadeur de la République d’Espagne au Sénégal, en ces termes : « Sur la période 2001-2019, un volume très officiel avec le fonds de l’Espagne destiné au Sénégal, s’est élevé à près de 277 milliards de francs CFA, donc 422 millions d’euro. La relation entre l’Espagne et le Sénégal, l’Agriculture a été toujours un secteur prioritaire par exemple les fermes « Naataangué », dans le cadre du Plan Sénégal Émergent (PSE), qui a permis avec notre principal partenaire l’agence ANIDA, la modernisation de l’agriculture familiale, la production technique d’irrigation rurale, goutte-à-goutte, la coopération de panneaux solaires et la diversification de la production. Nous avons sorti 10 millions d’euro sous forme de prêt à l’Etat du Sénégal pour la phase 2 du PADAER. Nous devons responsabiliser d’une manière technique les services déconcentrés dans le PADAER, Acte 2, afin de garantir une offre de service de qualité, aux agriculteurs… ». Pour rappel, le Programme d’Appui au Développement Agricole et à l’Entreprenariat Rural (PADAER), Acte 2, a pour zones d’interventions les régions de Matam (Nord-Sénégal), Tambacounda (Sénégal Oriental), Kédougou, Kolda (Sud-Sénégal), Dakar… pour une période de 6 ans, estimé sur une somme de plus de 50 milliards de francs CFA, dont l’objectif principal est d’augmenter durablement la production et la productivité agricole et de l’élevage des petits producteurs (agriculteurs et éleveurs), intégrer les petits producteurs dans des filières rémunératrices, impulser et dynamiser les activités entrepreneuriales essentiellement portées par des jeunes et des femmes : Wait and See !

Par Amadou Tidiane Sow

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer