agriculture

EN 5 ANS, LE BUDGET TOTAL DU CADRE DE PROGRAMMATION PAR PAYS (CPP) POUR LE SÉNÉGAL EST ESTIME A PLUS 29 MILLIARDS DE FRANCS CFA, ACTE 2

« Près de 40% des ressources sont déjà disponibles. Le gap de financement est recherché auprès de sources potentielles comme les contributions volontaires des partenaires techniques et financiers (PTF), du fonds régulier de la FAO (FRFAO), de la coopération sud sud et des fonds innovants… » (Document-FAO)

« La FAO a pour mission de soutenir la capacité de production des ménages agricoles et pastoraux, d’améliorer leurs moyens d’existence de façon durable, et de les aider à faire face aux crises alimentaires et nutritionnelles et à leurs répercussions sur la stabilité sociale et économique à travers une approche de concertation et de collaboration avec tous les acteurs », a soutenu, jeudi matin à Dakar, face à la presse agricole sénégalaise, Monsieur Gouantoueu Robert Guei, Représentant de la FAO au Sénégal, au cours de la cérémonie de lancement officiel du cadre de programmation pays (CPP) pour le Sénégal qui est axé sur la période 2019-2023 et se fixe des priorités ci-après : « Promotion d’un secteur agro-sylvo-pastoral, halieutique et aquacole durable, diversifié, compétitif, inclusif et porteur de croissance. Amélioration de la sécurité alimentaire et de la nutrition et renforcement de la résilience des populations vulnérables. Gestion durable de l’environnement et des ressources naturelles », dont l’objectif principal en cinq (5) ans est de partager le CPP avec l’ensemble des parties prenantes, particulièrement, les institutions nationales, les organisations professionnelles agricoles, le secteur privé, les organisations non gouvernementales (ONG), les organisations intergouvernementales, les partenaires techniques et financiers (PTF) et les agences du système des Nations Unies. Ainsi, il s’agit de partager le cadre du Suivi-Evaluation du CPP et la stratégie de mobilisation des ressources. Sous ce registre, le budget total nécessaire pour la mise en œuvre du CPP en 5 ans est estimé à plus de 29 milliards de francs CFA. « Près de 40% des ressources sont déjà disponibles. Le gap de financement est recherché auprès de sources potentielles comme les contributions volontaires des partenaires techniques et financiers (PTF), du fonds régulier de la FAO (FRFAO), de la coopération sud sud et des fonds innovants », selon le communiqué parvenu à la rédaction du 1er Journal en ligne agricole du Sénégal le www.rondelleplus.org . Par ailleurs, Le premier CPP de la FAO au Sénégal a été élaboré et mis en œuvre sur la période 2013-2017. Il a mobilisé environ 54 millions de dollars US, soit un taux de réalisation honorable de 93%. La pertinence des projets et des programmes considérés pour ce CPP a été unanimement reconnue par les partenaires et les bénéficiaires rencontrés. La FAO a montré ce qu’elle sait faire le mieux, au regard du nombre de projets mis en œuvre, mais également du volume financier mobilisé. Sur un autre plan, son apport dans la formulation des politiques de : « meilleure gouvernance de la sécurité alimentaire et nutritionnelle » constitue un motif supplémentaire de satisfaction, de même que la réalisation de plusieurs opérations de restauration des capacités productives des ménages vulnérables, menées à la grande satisfaction des bénéficiaires. L’élaboration et la mise en œuvre du nouveau Cadre de Programmation par Pays (CPP) pour la période 2019-2023 s’inscrit également dans un contexte marqué par son alignement au Programme d’Actions Prioritaires (PAP) du Plan Sénégal Emergent dans sa phase 2 (PSE II) et au Plan-cadre des Nations Unies pour l’Aide au Développement (PNUAD) pour la période 2019 -2023 et par l’ouverture du Bureau Sous régional de la FAO pour l’Afrique de l’Ouest à Dakar. Il a été signé par le Ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, le 27 mai 2019. Pour rappel, Le CPP 2019-2023 est le fruit de concertations avec les institutions nationales, la société civile, le secteur privé, les populations à la base et les partenaires au développement du Sénégal, y compris les Agences du Système des Nations Unies (SNU). A l’issue de ces concertations, les domaines prioritaires du CPP ont été définis sur la base des priorités de développement du Gouvernement du Sénégal, l’Agenda 2030 des Objectifs de Développement Durable (ODD), les Initiatives Régionales (RI), les missions et les avantages comparatifs de la FAO. Ces domaines prioritaires prennent en compte les résultats de l’étude de l’évaluation du CPP 2013-2017 et du Bilan Commun Pays du Plan-cadre des Nations Unies d’Aide au Développement (PNUAD) 2012-2018 du Sénégal.

Par Amadou Tidiane Sow

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer