eco et migration

NOUVELLES DYNAMIQUES MIGRATOIRES AU SÉNÉGAL

Le Problème est-il au niveau des zones côtières, Et si on écoutait la terre agricole, y rester pour réussir sa vie ?

Mieux comprendre et d’expliquer la dynamique actuelle de la migration au Sénégal marquée par une reprise de la migration irrégulière par voie maritime en direction de l’Espagne et proposer des orientations dans le but de mieux répondre aux besoins des populations concernées qui proposent ou utilisent des services pour cette voie de migration irrégulière, est l’objectif principal, de l’atelier de restitution des résultats de la recherche d’une étude axée sur : « Nouvelles Dynamiques Migratoires au Sénégal : Situation sur la reprise de la route ouest africaine », sous la houlette de l’organisation internationale pour les migrations (OIM), a appris, jeudi matin à Dakar, le reporter du desk migration du www.rondelleplus.org . En effet, dans cette rencontre (étude de recherche) entre acteurs des questions migratoires, il est ressorti que l’une des causes peut être d’ordre économique à l’image de l’abandon des terres agricoles vers l’Europe, une carence d’emploi, d’ordre aussi social, avec la pression familiale, dans les zones où le taux de migration est très avancé. Par ailleurs, une étude exploratoire de l’OIM en Juillet 2018 a permis de constater que durant la période de janvier à Juillet 2018 plusieurs tentatives de départ ont été signalées et plusieurs personnes ont été interpellées dans les régions côtières du Sénégal, il s’agit de la Région de Saint-Louis, de Thiès, de Fatick et Ziguinchor. Pour rappel, ceci est corroboré par l’augmentation des retours de migrants au Sénégal du Maroc accompagnés par l’OIM en provenance de ces régions littorales, de 1% des retours à Thiès en 2017, 40% en 2018.

Par Amadou Tidiane Sow

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer