eco et migration

PLUS DE 45 INVESTISSEURS FRANÇAIS AU SÉNÉGAL

Dakar et Paris en conclave pour mieux améliorer l’environnement de leurs affaires et leurs relations commerciales…

Plus de 45 investisseurs français, sous la houlette du mouvement des entreprises de France (MEDEF), de l’agence sénégalaise pour la promotion des investissements et grands travaux (APIX), du conseil national du patronat (CNP), dans le secteur de la pêche, de l’énergie, du numérique, de la culture… sont au Sénégal, à compter du 23 Septembre jusqu’au 25 Septembre 2019, a appris, lundi soir, le reporter du journal en ligne économique sénégalais le www.rondelleplus.org , dont l’objectif principal est de mieux améliorer l’environnement des affaires, des relations commerciales, entre le Pays de Marianne (La France) et le Pays de Senghor (Le Sénégal), qui sont déjà au signal vert, a fait savoir Monsieur Antoine Ngom, Vice-Président du CNP, au cours d’un face à face avec la presse économique sénégalaise. « Nous voulons donner une nouvelle impulsion entre ce partenariat avec nos secteurs privés, permettre un meilleur développement du co-investissement entre nos entreprises, c’est ça aujourd’hui, qui motive la visite des investisseurs français au Sénégal », a soutenu, face aux journalistes sur les questions économiques du Sénégal, Monsieur Antoine Ngom. Selon Monsieur Mountaga Sy, Directeur Général de l’APIX, pour ce genre de mission, c’est le secteur privé sénégalais, qui porte l’initiative et nous comptons sur le CNP en ce qui concerne les secteurs prioritaires du Plan Sénégal Emergent (PSE). A en croire, Monsieur Bruno Mettling, Président du Conseil d’Entreprise France Afrique de l’Ouest et Président d’Orange Middle East and Africa, en ces termes : « Plus de 45 entreprises françaises ont été sélectionnées, elles sont de tailles différentes, nous avons de grandes tailles et des start-ups. Nous avons de bonnes entreprises françaises afin de proposer de bonnes affaires au profit du bon programme social du Sénégal, qui est le PSE. Vous savez, les relations entre les entreprises sénégalaises et françaises ont changé en fonction de la définition d’un projet. On ne peut plus définir un projet ou un programme sans l’apport du secteur privé sénégalais ».

Par Amadou Tidiane Sow
www.rondelleplus.org

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer