hydraulique

KMS 3 EN CHIFFRES ET EN LETTRES

272 milliards de francs CFA financés par les bailleurs de fonds, sa capacité finale est de 200 millions de litres d’eau par jour et va accroître la production de Dakar, dès 2020…

Le Projet de construction de la troisième usine de traitement d’eau potable de Keur Momar Sarr, codé sous l’acronyme de KMS 3, est l’un des projets phares du Plan Sénégal Emergent (PSE), en termes de budget, il vient après les projets du Train Express Régional (TER) et de l’Aéroport International Blaise Diagne (AIBD) de Diass, avec un portefeuille d’environ 270 milliards de francs CFA, a constaté, le reporter du journal hydraulique en ligne sénégalais le www.rondelleplus.org , ce mercredi matin, à Dakar, au cours d’une cérémonie de lancement de la mission d’information, d’éducation et communication dite IEC, du programme de renforcement de l’alimentation en eau pour multi usages sur l’axe Louga-Thiès-Dakar, à partir de la station de Keur Momar Sarr, dont l’objectif est d’accompagner la SONES, notamment son unité de gestion du projet (UGP), dans la vulgarisation des principes fondateurs de cet ouvrage de sécurisation de l’alimentation en eau potable de Dakar, des Nouveaux Pôles Urbains de Diamniadio, du Lac Rose et de Diass et des Localités situées le long de la conduite. Selon le communiqué parvenu à notre rédaction : « KMS 3 devra donc injecter 200. 000 mètres cubes par jour dans le réseau à l’horizon 2019-2030, ce qui constitue un souffle de sécurisation de l’alimentation en eau potable de Dakar qui, à elle seule, consomme 70% de la production d’eau du périmètre affermé ». D’après le texte : « Le projet KMS 3 consiste en la construction d’une troisième usine de traitement d’eau potable à Keur Momar Sarr et ses renforcements en aval. Il prévoit de mettre en place les installations suivantes : une station de traitement et de pompage de KMS 3 (100. 000 m3/j extensible à 200. 000 m3/j) ; une conduite en fonte ductile DN 1500 sur 184 Km KMS-Thiès ; la construction de deux (2) réservoirs de stockage de 10. 000 m3 chacun à Thiès ; la construction de trois (3) réservoirs de distribution pour un volume global 4400 m3 à Thiès, à AIBD et à Diamniadio ; une conduite en fonte ductile DN 1600 à 1100 sur 32 Km (Thiès-Sébikotane) ; une ligne électrique HT 90 KV entre SAKAL et KMS ; la pose de 85000 branchements sociaux au profit d’un peu moins de 1 million de personnes pour uniquement l’agglomération de Dakar et des Localités traversées par les conduites du Lac de Guiers, qui est aussi un chantier énorme et complexe ». « La troisième usine de traitement d’eau potable, KMS 3, implantée dans la région de Louga, elle aura la capacité finale de 200 millions de litres d’eau par jour et va accroître la production de Dakar, dès 2020. Elle va également contribuer à rendre l’eau disponible 24 heures/24, soulagée ainsi les populations qui ont des difficultés d’approvisionnement en eau durant les périodes de grande chaleur », a soutenu, Charles Fall, Directeur Général de la SONES, face à la presse hydraulique sénégalaise. Par ailleurs, les études réalisées lors du dernier recensement montrent que si rien n’est fait, le déficit de pointe de production, pour la région de Dakar notamment et les localités traversées par la conduite du Lac de Guiers, s’accroîtra pour atteindre 202.017 m3/j en 2025 et 390.888 m3/j en 2035. Pour rappel, le financement du projet, KMS 3, est assuré par les bailleurs de fonds, comme la BID, AFD, BEI, BAD et l’Etat du Sénégal/SONES pour un montant global de près de 272 milliards de francs CFA.

Par Amadou Tidiane Sow

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer