eco et migration

LA BCEAO EN CHIFFRES ET EN LETTRES, LA PEGN ET SI ON A PARLE…, LA 11IEME EDITION DE LA JOURNÉE ANNUELLE DE DIFFUSION DES COMPTES EXTÉRIEURES DU SÉNÉGAL, S’EST OUVERTE CE LUNDI A DAKAR

La PEGN est ressortie à 51,0% du PIB en 2018 après 47,0% du PIB en 2017…*

Au total, l’incidence des transactions extérieures sur les actifs extérieurs nets du système monétaire a été positive, le solde global enregistrant un excédent de 125,6 milliards contre 50,2 milliards un an plus tôt, a constaté, lundi matin à Dakar, le reporter du Premier Journal en Ligne Economique du Sénégal le www.rondelleplus.org , dans le contexte de la 11ième édition de la Journée Annuelle de Diffusion des Comptes Extérieurs du Sénégal. En effet, l’excédent du compte financier, élargi aux erreurs et omissions, a permis de couvrir le besoin de financement et d’améliorer les actifs extérieurs nets, évalués à 527 milliards en 2018. Ainsi, le solde des comptes courant et de capital s’est traduit par un besoin de financement, chiffré à 636 milliards, qui a été couvert par des capitaux nets au titre des investissements directs étrangers, des investissements de portefeuille et des autres investissements. Par ailleurs, en liaison avec le déficit du compte des transactions courantes, financé par l’accumulation de passifs au compte financier, la Position Extérieure Globale Nette (PEGN) représentant le passif net vis-à-vis de l’extérieur, est ressortie débitrice à 47,0% du PIB contre 45,1% en 2016. Pour sa part, la PEGN est ressortie à 51,0% du PIB en 2018 après 47,0% du PIB en 2017. Dans la foulée, sur la base des données provisoires, le compte des transactions courantes ressort déficitaire à -8,9% du PIB en 2018, en lien notamment avec le déficit de la balance des biens et services (-15,9% du PIB contre -13,9% en 2017). Ainsi, le déficit du compte courant a été partiellement atténué par la position excédentaire du compte de revenu secondaire. Pour rappel, au titre de l’exercice 2017, le solde des transactions courantes est ressorti déficitaire à -7,1% du PIB contre un déficit de -4,1% du PIB un an plus tôt. Ce profil reflète les soldes déficitaires des échanges de biens et de services (-13,9% du PIB) et du compte de revenu primaire (-2,8% du PIB), atténués par l’excédent du compte de revenu secondaire (+9,4% du PIB), tiré principalement par les envois de fonds des travailleurs migrants (1. 174,1 milliards ; +10% du PIB). Bref, l’excédent du compte de capital (+2,0% du PIB) s’est consolidé et reflète notamment les subventions accordées à l’Administration Publique.

Par Amadou Tidiane Sow

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer