agriculture

EXCLUSIF…ELIPHAZ ESSAH, CHEFS DE PROJETS D’AGRICULTURE DE L’ASSOCIATION INTERNATIONALE MERCY SHIPS-AFRICA MERCY, A CŒUR OUVERT POUR UNE PREMIÈRE

« Dans le secteur agricole de Mercy Ships que nous dirigeons, il s’agit revoir les pratiques qui nous permettraient d’avoir une meilleure nutrition, ce qui va permettre de réduire les taux de maladies que nous rencontrons dans les villages… »

Au-delà, de sa fonction de spécialité de bateau chirurgical, le bateau à vocation humanitaire ou navire de l’espoir a une fonction aussi spécifique dans le secteur de l’agriculture. « Nous avons jugé important d’associer à notre volet santé la nutrition et elle ne sera effective que si et seulement si nous nous basons sur des principes d’une agriculture durable, donc des pratiques saines et qui nous permettent d’assurer une meilleure nutrition des populations. Alors, au niveau du volet agricole de Mercy Ships que je dirige, c’est de revoir quelles sont ces pratiques-là, qui nous permettraient, disons d’avoir une meilleure nutrition, ce qui permet de réduire les taux de maladies que nous rencontrons un peu dans les villages », a soutenu, mercredi matin à Dakar, l’Ingénieur Agronome, Eliphaz ESSAH, Chefs de Projets d’Agriculture de l’Association Internationale Mercy Ships-Africa Mercy, Navire Espoir, pour une première…face au reporter du premier journal en ligne agricole sénégalais le www.rondelleplus.org . En effet, le Navire de l’Espoir est d’une capacité de 450 volontaires. Chaque jour plus de 200 nationaux travaillent avec ce bateau, donc plus de 600 personnes travaillent à bord du bateau, qui vient apporter l’espoir, la guérison. Ainsi, ce bateau humanitaire ou le navire de l’espoir est d’une longueur de plus de 120 mètres, avec une largeur de 20 mètres, dont 8 niveaux (étages), y compris des blocs opératoires, des salles d’hospitalisation, des salles à dormir ou cabines à dormir, des bureaux à bord du bateau, avec un personnel qui assure la maintenance, la plomberie…dont l’embouteillage est exclu du fait de son profil gigantesque, un bateau fluide. A en croire, Eliphaz ESSAH, en ces termes : « Je ne dirais pas que ce bateau vient d’un pays spécifique, parce qu’il y’a au moins 40 nationalités qui travaillent à bord de ce bateau, Mercy Ships est basé en Suisse, comme également à Texas aux Etats-Unis et nous avons notre base qui est aux USA, mais qui travaille directement avec d’autres bureaux au niveau des pays européens. En même temps, nous avons aussi un bureau au niveau de l’Afrique et qui est au Bénin. Ce navire de l’espoir n’est pas un bateau Américain, c’est un bateau pour le monde entier, il y a les américains, les australiens, les européens, les africains…à bord de ce bateau. Mercy Ships à commencer depuis 1978 et le bateau que nous avons actuellement parce que de par le passé on a déjà eu environ trois bateaux, ça c’est le troisième qui est l’Africa Mercy, qui visite une seconde fois le Sénégal, Africa Mercy a commencé depuis les années 2009, si j’ai bonne mémoire et a déjà fait plusieurs tours au niveau de l’Afrique notamment en l’Afrique de l’Ouest : le Togo, le Bénin, la Sierra-Léone, le Libéria, nous avons la Guinée et le Sénégal. Maintenant, au niveau de l’Afrique Centrale, on a visité le Cameroun, le Congo…Nous étions aussi en Afrique Australe : l’Afrique du Sud, Madagascar…Si le bateau arrive au Sénégal, c’est grâce à la volonté, la personne que je vais oser mentionner ici : le Président de la République, Son Excellence, Macky Sall ».

Par Amadou Tidiane Sow
www.rondelleplus.org

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer