hydraulique

LA SDE EN EAU TROUBLE, L’ARMP TRANCHE EN FAVEUR DE SUEZ, ET SI ON EN PARLE…

« Les bailleurs de fonds ont pris l’engagement en faveur de la réforme du secteur de l’eau, aujourd’hui, ils ne peuvent donc rester inactifs si cette réforme s’avère menacée par un processus non transparent, vicié et partial… », selon Mansour Kama (PCA SDE)

« Pour défendre le droit et la transparence, pour préserver aussi les acquis en matière d’accès à l’eau au Sénégal, la SDE va saisir la Cour Suprême pour demander l’annulation de cette décision qui ne correspond pas du tout au vrai résultat de l’appel d’offres. Nous avons désigné un cabinet d’avocats pour rétablir la SDE dans ses droits. Nous avons confiance en notre système judiciaire et pensons que la Cour Suprême va dire le droit sur cette affaire. La SDE en appelle enfin aux bailleurs de fonds, en premier lieu la Banque Européenne d’Investissement (BEI), l’Agence Française de Développement (AFD) et la Banque Mondiale (BM). Ils ont pris des engagements en faveur de la réforme du secteur de l’eau, ils ont préconisé l’organisation de cet appel d’offres. Ils ont même conditionné leur participation au financement de KMS3 à la tenue de cet appel d’offres. Aujourd’hui, ils ne peuvent donc rester inactifs si cette réforme s’avère menacée par un processus non transparent, vicié et partial », a soutenu face à la presse hydraulique, mercredi matin à Dakar, Mansour Kama, Président du Conseil d’Administration de la SDE. Selon ce dernier, la SDE exprime son étonnement et son profond désaccord avec cette décision qui ne respecte ni le droit du Sénégal, ni le code des marchés publics et encore moins le dossier d’appels d’offres (DAO) qui devaient régir cet appel d’offres international. La SDE est plus que jamais convaincue qu’elle est en train d’être spoliée de sa victoire. A en croire, Mansour Kama, PCA de la SDE, en ces termes : « Le Dossier d’Appel d’Offres (DAO) est en effet très clair et très précis en indiquant que l’adjudicataire doit être le candidat le moins disant. Ce qui est le cas pour la SDE qui a proposé le prix le plus bas par rapport à ses concurrents. Pour rappel : SDE a proposé 286,9 FCFA le mètre cube d’eau suivi de Suez (298,5 FCFA le mètre cube d’eau) et Veolia (366,3 FCFA le mètre cube d’eau). Permettez-moi de vous rappeler que l’autorité en charge du dossier avait publiquement révélé que la sénégalaise des eaux (SDE) avait proposé l’offre financière offrant le meilleur prix. Cette différence de prix entre Suez et la SDE représente un manque à gagner pour le Sénégal, et donc un surcoût pour les consommateurs, d’au moins 42 milliards de FCFA sur la période du contrat d’affermage de 15 ans ». Pour rappel, Abdoul Ball, Directeur Général de la SDE, rassure et assure que l’avenir des travailleurs cette structure hydraulique est loin d’être menacé, dans le contexte où le problème qui oppose SDE et SUEZ n’a pas encore fini de révéler tous les secrets d’un conflit qui s’appelle : EAU !

Par Amadou Tidiane Sow
www.rondelleplus.org

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer