environnement

LE CDC A TRAVERS SA COOPÉRATION AVEC L’IRESSEF FINANCE LA MISE EN PLACE D’UNE PLATEFORME DE BIOLOGIE MOLÉCULAIRE AU NIVEAU DU LABORATOIRE DU CENTRE HOSPITALIER NATIONAL D’ENFANTS ALBERT ROYER A PLUS DE 90 MILLIONS DE FRANCS CFA

« Dans l’optique de continuité, l’IRESSEF au-delà de la mise en place de la plateforme, soutient le laboratoire d’Albert Royer dans la maintenance et la certification annuelle de ces équipements… », selon le Pr. Souleymane Mboup (PDG IRESSEF DE DIAMNIADIO)

« Le Sénégal a déclaré 195 cas suspects de méningite en 2018, avec 13 morts. Ainsi, aucun district n’a atteint le niveau d’alerte d’épidémie ou franchi le seuil d’épidémie. Cependant les cas sont sous-détectés comme dans beaucoup d’autres pays et il faut renfoncer la capacité actuelle du Sénégal à détecter des cas de suspects », a soutenu, mardi soir à Dakar, face à la presse, Son Excellence Tulinabo MUSHINGI, Ambassadeur des USA au Sénégal, au cours de la cérémonie officielle de réception des équipements de biologie moléculaire offerts par le centre pour la prévention et le contrôle des maladies (CDC), d’une valeur estimée à hauteur de plus de 90 millions de francs CFA. A en croire, Son Excellence MUSHINGI, en ces termes : « Je suis ravi de dire ici que le Sénégal est en train de bâtir, à l’Hôpital d’Enfants Albert Royer, sa capacité de laboratoire pour détecter et confirmer les cas suspects de méningite. Ce laboratoire, qui fait office de laboratoire de référence du pays pour la méningite, dispose à présent de matériels spécialisés et d’un personnel bien formé et très compétent pour détecter et traiter rapidement ces épidémies. Le Gouvernement des Etats-Unis est fier d’avoir contribué à cet effort, à hauteur de 185 millions de francs CFA en équipement, fournitures et assistance technique ». « Il me semble important de rappeler que le laboratoire est au cœur du diagnostic médical et le renforcement de sa capacité est la clé pour le contrôle des maladies à potentiel épidémique comme la méningite et l’amélioration de la prise en charge des malades. Cette plateforme étant constituée d’équipements de pointe de biologie moléculaire vient combler ce gap et en même temps renforcer l’objectif du gouvernement sénégalais à capaciter les laboratoires dans le diagnostic des maladies infantiles pour une meilleure prise en charge de la santé mère-enfant. Ces équipements contribueront à apporter une réponse concrète aux problématiques d’accès aux soins de santé primaire chez les enfants. Eu égard du fait que les méthodes de diagnostic moléculaire sont de nos jours incontournables et transversales, cette plateforme servira à renforcer les capacités des laboratoires nationaux en matière de détection, de caractérisation et de surveillance des agents pathogènes à potentiel épidémique. Cette capacité servira aussi à évaluer sur le long terme l’impact du PCV13 au moyen d’études prospectives et même d’évaluer d’autres vaccins déjà dans le Programme Elargi de Vaccination (PEV) ou qui seront introduits dans le futur. Par ailleurs, il est aussi important d’évoquer les questions de pérennité et d’appropriation de cette donation, qui sont au cœur même de la réussite de ce projet », a argumenté, face aux journalistes, Pr. Souleymane Mboup, Président Directeur Général (PDG) de l’Institut de Recherche en Santé, de Surveillance Epidémiologique et de Formation (IRESSEF) de Diamniadio. Pour lui : « Dans l’optique de continuité, l’IRESSEF au-delà de la mise en place de la plateforme, soutient le laboratoire d’Albert Royer dans la maintenance et la certification annuelle de ces équipements, mais aussi dans le renforcement du système de transport des échantillons de LCR pour le diagnostic de la méningite et autres pneumococcies bactériennes. Pour cela, une formation sur le transport des matières infectieuses appliquées au LCR a été organisée à Fann au mois de Septembre passé pour tous les sites qui envoient des échantillons de LCR au niveau du laboratoire d’Albert Royer. Une mise à disposition d’équipements de triple emballage pour ces échantillons de LCR sera faite au courant du mois de Mars pour ces sites qui ont été formés ». Pour rappel, la mise en place de la plateforme de biologie moléculaire rentre dans le cadre du renforcement de capacité des laboratoires que l’Institut de Recherche en Santé, de Surveillance Epidémiologique et de Formation (IRESSEF) est en train de mener à travers le programme de sécurité sanitaire mondiale (Global Health Security Agenda GHSA). Ce dernier, est un programme global de 5 ans qui a été mis en place par le CDC en 2014 à la suite de la plus grande et marquante épidémie d’Ebola qui qui a frappé l’Afrique de l’Ouest. Sous ce registre, ce programme compte 11 paquets d’action dont le renforcement de capacité du laboratoire et il est mis en œuvre dans plus de 30 pays à travers le monde dont le Sénégal. Bref, le Programme Elargi de Vaccination (PEV), la surveillance des sérotypes circulants est devenue une priorité pour l’évaluation de l’efficacité du vaccin chez les enfants. C’est dans ce contexte que le CDC à travers sa coopération avec l’IRESSEF, partenaire technique du GHSA, a financé la mise en place d’une plateforme de biologie moléculaire au niveau du laboratoire du Centre Hospitalier National d’Enfants Albert Royer (CHNEAR) à hauteur de 180. 000 US dollars, soit plus 90 millions de francs CFA.

Par Amadou Tidiane Sow
www.rondelleplus.org

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer