environnement

DOCTORAT EN THÈSE UNIQUE ICI ET AILLEURS, DR. FATOU KINÉ SYLLA DIAO OSE L’INNOVATION ET HAUSSE LE NIVEAU SUR LA POLLUTION DE L’AIR ET SES EFFETS SUR LA SANTE RESPIRATOIRE

« Ici c’est le sommet, le sujet du Dr. Fatou Kiné Sylla Diao est d’actualité… », selon Pr. Anta Tal Dia, Directrice de l’ISED et Chef de Service Médecine Préventive et Santé Publique

Elle s’appelle Fatou Kiné Sylla née Mme Diao, Une sénégalaise bon teint, dakaroise, elle est Epidémiologiste et Nutritionniste, elle est de la race métissée Peul et Bambara, issue d’une famille Monogame, elle a 29 bougies (29 ans) à son actif, elle a fait ses études secondaires à Paris, une partie jusqu’à l’obtention de son Master en Nutrition Qualité Santé (MNQS) à l’Université Pierre-et-Marie-Curie, après elle s’est intéressée à la Santé Publique (SP), Fatou voulait une formation plus axée sur les besoins de la population sénégalaise parce que Kiné avait une forte volonté de rentrer au bercail et servir son pays, c’est ainsi que Sylla a découvert que l’Institut de Santé et Développement (ISED) est d’une renommée internationale avec des étudiants de divers horizons qui viennent étudier et tout, c’est à l’ISED que Fatou Kiné Sylla a fait son Master 2 en Santé Publique Option Epidémiologique, a appris mercredi matin à Dakar, le reporter du journal en ligne spécialisé sur les questions agricoles et environnementales le www.rondelleplus.org, dans le contexte de soutenance en thèse unique doctorale, dont le livre est très synthétique avec un volume de 162 pages, d’où elle a obtenu la mention très honorable avec félicitation exceptionnelle du jury devant sa famille, ses proches, ses amis et devant la presse environnementale. Selon Fatou, après cela j’ai vu qu’il y’avait un appel à candidatures donc une thèse axée sur : « La pollution de l’air et ses effets sur la santé respiratoire… », un projet sous régional que le Sénégal partage avec des pays comme le Bénin, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. A en croire, Kiné, en ces termes : « Le Sénégal et le Bénin étudiaient plus sur les effets de la pollution de l’air extérieur sur la santé, alors que la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso sont plus axés sur les effets de la pollution de l’air intérieur sur la santé. Donc je viens tout juste de soutenir mon doctorat en santé publique dont la thématique était l’étude des effets de la pollution de l’air liés aux trafics routiers parce qu’en fait c’est la pollution de l’air qui est prédominante au sein de la ville de Dakar, qui est très engorgée avec 80% du parc automobile qui est présentement à Dakar, donc on a eu au terme de cette étude là à trouver qu’on avait une très forte proportion de maladies respiratoires avec des effets immédiats tels que les irritations nasales et oculaires, qui pouvaient entrainer une dégradation de la fonction respiratoire et aboutir à de l’Asthme ou de la PPCO qui ont été majoritairement retrouvés au niveau de ces conducteurs de bus et des commerçants exposés. Nous avons aussi dans notre étude, étudié la corrélation, une étude corrélationnelle pour voir par exemple si on a pic de pollution par les particules fines pm10 qui est la pollution prédominante en terme de particule qui est particulière la pollution de l’air à Dakar, lorsqu’on observe un pic de pollution est ce qu’on conjointement on observe un pic de consultation au niveau des services hospitaliers, donc nous avons eu les grands hôpitaux de la Ville de Dakar, ce qui nous a permis de voir quels étaient les effets de la pollution de l’air sur la population cette fois-ci ». D’après Pr. Nafissatou Touré Pneumologue : « Dakar est la seconde ville la plus polluée d’Afrique et l’une des villes les plus polluées au monde, par rapport à l’information qui a circulé, on n’a pas pris en compte tous les éléments pour véhiculer cette information, c’est une information qui a circulé mais qui n’a pas donné tous les éléments. Donc, c’est un petit rapport qui a été fait, mais qui a choisi quand même tous les pays du monde, qui a choisi certains pays, parmi ces pays qui ont été choisis, c’est là qu’ils ont montré en fonction du taux de pollution du pm10 au niveau de l’atmosphère, qu’ils ont mis le Sénégal en deuxième position, mais c’est sur un choix de pays, donc ce n’est pas quelque chose qui recoupe tous les pays du monde. Le Sénégal est l’un des rares pays de l’Afrique Subsaharienne qui a à sa portée des stations de mesures et qui peut partager ses résultats, ses données, au niveau de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). D’ailleurs, le Sénégal est de plus ou moins cité en exemple par rapport à ses instruments de mesures qui sont disponibles et qui permettent ainsi d’avoir une idée du niveau de pollution dans notre pays et en particulier dans la ville de Dakar. Il faut savoir que si on prend tous les pays du monde, il y’a beaucoup de pays qui sont largement plus pollués que le Sénégal. L’OMS évite même de faire ces classifications parce que tout dépend des données qui sont disponibles et de la fiabilité de ces données. Il y ‘a plus d’une dizaine de pays beaucoup plus pollués que le Sénégal et nous avons ces données parce que le Sénégal a des données qui sont disponibles et qui sont transférées au niveau de l’OMS sur lesquelles on peut se baser pour dire voilà le niveau de pollution au Sénégal. Le Sénégal n’est le pas le pays le plus pollué au monde, Dakar n’est pas la ville la polluée au monde ». « Il temps que la faculté de médecine s’ouvre à des gens qui ne sont pas des médecins pare que nous sommes en santé publique. Et comme vous le savez, maintenant les déterminants de la santé, il y’a certes des déterminants d’ordre médical qui sont très importants, mais il y’a ce qu’on appelle les déterminants socio-économiques. L’état de la santé d’un individu dépend actuellement non seulement du fonctionnement de son corps, mais il y’a aussi les déterminants d’ordre environnemental, est ce que la qualité de l’air est bonne, est ce que la qualité de l’eau est bonne, est que le sol est saint, est-ce que sur le plan économique il est pauvre où il a accès à certains biens. Nous travaillons pour régler le problème de santé des populations. C’est un Doctorat de thèse unique, ici c’est le sommet, le sujet du Dr. Fatou Kiné Sylla Diao est d’actualité »., a soutenu face à la presse environnementale sénégalaise, Pr. Anta Tal Dia, Directrice de l’ISED et Chef de Service Médecine Préventive et Santé Publique. Pour elle : « Avant de dire ou d’argumenter (ces affirmations) que Dakar est la seconde ville la plus polluée d’Afrique ou l’une des villes les plus polluées au monde, il faut y aller avec beaucoup de prudence. Le Sénégal est parmi les rares pays africains à avoir un observatoire de la qualité de l’aire, ça n’existe pas dans les autres pays africains ». Pour rappel, Dr. Fatou Kiné Sylla Diao entre ainsi dans le cercle restreint des doctorants de thèse unique au Sénégal à la Faculté de Médecine, elle a séjourné plus de 3 mois à l’Université Michigan des Etats-Unis (USA) dont l’objectif principal était d’approfondir ses connaissances, dont le résultat final est aujourd’hui, la soutenance sur un thème innovant et d’actualité qui est : « La pollution de l’air et ses effets sur la santé respiratoire… ».

Par Amadou Tidiane Sow
www.rondelleplus.org

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer