eco et migration

LA FONDATION SEN’FINANCES PENETRE LE CŒUR DU MONDE RURAL SENEGALAIS COMME UNE FLECHE

Plus de 70% de femmes ont bénéficié de ses lignes de refinancement…
« En dix ans d’activités la fondation Sen ’Finances a octroyé 67 lignes de refinancement à 48 systèmes de financement décentralisés (SFD) et 80% de ses lignes ont été destinés au milieu rural. A ce jour, on dénombre plus de 55 000 bénéficiaires finaux dont 70% de femmes », a soutenu Mercredi matin à Dakar, face à la presse économique sénégalaise, Souhaibou Gueye, Président du Conseil de Fondation de Sen’Finances, au cours de la quatrième conférence internationale de l’Association Internationale des Investisseurs dans l’Economie Sociale (INAISE) dont l’Afrique de l’Ouest notamment le Sénégal accueil pour la première fois ce rendez-vous économique de plus de 200 participants et axé sur le thème : « Finance Sociale et Solidaire et émergence des continents », avec comme objectif principal de créer un espace d’échange et d’analyse sur l’économie sociale et solidaire (ESS) entre participants venus divers horizons. A en croire, Souhaibou Gueye, PCF de Sen’Finances, en ces termes : « L’institutionnalisation des SFD, c’est tout le sens des activités de l’Etat qui tend à élaborer une lettre de politique sectorielle. Les modes alternatifs de distribution de crédit sont nés à la suite d’un constat d’absence, de présence des systèmes bancaires classiques à côté des petits opérateurs, des petits ménages, des petites entreprises, c’est pour ça que le microcrédit est né pour pallier ce manque de crédit qui venait de la part des systèmes bancaires classiques, mais vous vous en rendrez compte le processus de maturation peut être long et une fois la lettre de politique sectorielle adoptée, elle apportera des réponses à toutes les interrogations qui se posent ». Pour rappel, la mission principale de la Fondation Sen’Finances est de : « Contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations marginalisées et défavorisées du Sénégal, tout en assurant sa visibilité et sa pérennité ». Bref, sa politique d’intervention est élaborée en tenant compte du cadre défini par la lettre de politique sectorielle de la microfinance (LPS/M) au Sénégal.

Par Amadou Tidiane Sow

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer