Accueil agriculture SIAGRO 2018…CHERIF TOURE, ADMINISTRATEUR SODECOL CULTIVERT

SIAGRO 2018…CHERIF TOURE, ADMINISTRATEUR SODECOL CULTIVERT

par Amadou Tidiane Sow 16 mars 2018 0 commentaire
IMAGE SODECOL CULTIVERT

« L’idée, c’est comment arriver à fixer les populations sur place pour qu’ils puissent vivre à partir de leurs ressources en bonne santé et également gagner de l’argent… »
« Nous avons lancé avec notre partenaire américain l’Usaid dans le cadre du projet CultiVert Team Nutrition. Nous avons lancé ensemble une conférence pour chercher de la coopération dans la nouvelle plateforme qu’on appelle la première franchise sociale agricole au Sénégal et dans cette franchise sociale agricole, nous nous intervenons en priorité dans les régions périphériques du Sénégal à savoir Matam, Saint-Louis, Kédougou, Kolda, Kaffrine, Ziguinchor… Dans cette franchise sociale agricole, nous travaillons en étroite collaboration avec l’Usaid. Cette franchise sociale, c’est comme l’actuelle plateforme où nous nous trouvons, qui est le Siagro que nous avons créé à peu prés il y’a plus de 20 ans. Nous avons lancé cette plateforme, qui était le Siagro, où tous les acteurs de l’agroalimentaire avaient leur mot à dire, à échanger, à discuter. Dans la nouvelle plateforme autant la première plateforme qui était Siagro et financé par l’Union Européenne (U.E), autant la seconde plateforme, qui est sodécol-CultiVert est financé par les américains, mais les financements sont très modestes et l’essentiel de l’activité est réalisé par nous », a soutenu hier à Dakar, Chérif Touré, Administrateur de Sodécol, dans le contexte de le 11ième du Salon International de l’Agroalimentaire (#SIAGRO2018), au cours d’un panel de haut niveau organisé par sa structure Sodécol-CultiVert, dont l’objectif était d’informer et d’échanger, comment faire la mise en œuvre pour établir et lancer cette plateforme, qui doit viser à nourrir, à produire localement sur place, à transformer localement sur place et à vendre localement sur place. Selon Monsieur Chérif Touré, l’idée c’est comment arriver à ce que les gens puissent produire ceux dont-ils ont besoin, ici le marché leader, c’est le marché national, c’est comment arriver, à créer, à ce que faire de telle sorte que les gens puissent se nourrir avec les produits intéressants sans pour autant essayer d’importer des produits ou bien alors viser un problème d’exportation de notre production, c’est comment arriver à fixer les populations sur place pour qu’ils puissent vivre à partir de leurs ressources et être en bonne santé, et également gagner de l’argent. A en croire, Cherif Touré, en ces termes : « Pour l’instant, nous avons recruté dix jeunes qui sont des Agents Prestataires CultiVert (APC) qui interviennent dans les dix jours régions du Sénégal pour pouvoir démarrer des activités de coaching, qui sont des secteurs privés, des jeunes entrepreneurs, comment faire la formation de formateur pour développer le business dans le domaine de l’agriculture sur tous les services concernés de l’agriculture ». Pour lui : « Aujourd’hui, dans le Siagro, quand vous y trouvez la Sedima, quand vous trouvez dans le salon toutes les structures qui sont présentes ici, la majeure des industries sénégalaises qui sont dans la filière avicole, dans le lait, dans les céréales transformées, que ça soit la vivrière, que ça soit yaourt jaboot, toutes ces structures n’existaient pas il y’a une vingtaine d’années. On n’a boosté ces industries qui existent, aujourd’hui, vous avez vu qu’il y’a beaucoup de monde dans ce salon. Depuis, plus de 20 ans, nous nous sommes battus pour que les gens au Sénégal produisent localement, transformer localement, consommer localement. Les résultats sont maigres, mais aujourd’hui, aussi maigres qu’ils soient, vous avez devant vous le Poulet Ter’hal de la Sedima. L’essentiel des valeurs ajoutées ont été créées ici depuis les poules reproductrices, les couvoirs, les poussins qui sont fabriqués ici, les aliments, les poussins de chair, la transformation, toutes les valeurs ajoutées sont faites ici. De la même manière également sur le lait, on également aidé beaucoup d’entreprises, il y’a des efforts qui ont été faits, c’est insuffisant, ça serai intéressant de passer en revue toutes les structures qui, aujourd’hui, fonctionnent qui ont été créées, mais que les gens oublient ». Interpellé sur les assises de l’agriculture et de l’agroalimentaire au Sénégal pour trouver des solutions afin que le monde agricole parle le même langage au profit de la révolution industrielle agricole au Sénégal, Monsieur Chérif Touré, argumente : « Les réflexions doivent être menées ». D’après Cherif Touré : « Dans notre franchise sociale agricole CultiVert, la première, nous avons une application numérique, qui s’appelle CultiVert Africa Selective, c’est une application qui permet de centraliser les informations (locales) au niveau des APC, font des commandes, de produits, de services et d’autres activités agricoles, tout cela est suivi dans notre application numérique, toutes les facturations et le commerce , ce business est développé dans une application numérique qui nous est interne. Donc le numérique et l’agriculture chez CultiVert l’initiative est là, même si ça nécessite des améliorations. C’est une application aussi qui permet de suivre nos Agents Prestataires CultiVert ». Pour rappel, le thème de cette 11ième édition du Salon International de l’Agroalimentaire (SIAGRO 2018), est axé sur : « Produire plus et mieux en Afrique pour une sécurité alimentaire, énergétique et pour une offre compétitive ».

Par Amadou Tidiane Sow

0 commentaire
1
Facebook Twitter Google + Pinterest

Vous pouvez aussi voir

Laisser un commentaire

All for Joomla All for Webmasters