environnement

UN PROGRAMME D’EFFICACITE ENERGETIQUE EST LANCE CE MARDI A DAKAR, LE FINANCEMENT EST ESTIME A HAUTEUR DE 750 000 DOLLARS, POUR UNE DUREE DE TROIS ANNEES

Le Togo, le Bénin, le Sénégal à l’école de la recherche…
« En effet, permettre aux femmes vivant en milieu rural d’accéder à des sources d’énergie propre et moderne, c’est impacter positivement sur la santé, l’éducation, les activités productives et l’environnement. C’est aussi, une façon de contribuer positivement à un développement harmonieux de notre communauté », a soutenu mardi matin à Dakar, face à la presse, Adama Diallo, Secrétaire Général, au Ministère du Pétrole et des Energies, dans le contexte d’un atelier de lancement du projet : « Stratégies optimales en matière d’efficacité énergétique afin de favoriser la justice énergétique et un développement à faible émission de carbone ».
« Ce projet est d’autant plus important qu’il vise à améliorer la justice énergétique au profit des femmes africaines en milieu rural et ceci, dans le cadre d’un développement inclusif et sobre en carbone. Rassurez-vous, le combat n’est pas gagné d’avance car la femme africaine reste toujours confrontée au défi du quotidien. C’est celle-là même qui supporte tout le poids de la pauvreté énergétique en Afrique », a soutenu Mardi matin à Dakar, face à la presse sénégalaise, Dr. Roger N’GUESSAN, Conseiller Stratégique Affaires Gouvernementales-Côte d’Ivoire et Représentant ECONOLER-Canada à Abidjan (Côte d’Ivoire), au cours de la cérémonie régionale de lancement du projet : « Stratégies optimales en matière d’efficacité énergétique afin de favoriser la justice énergétique et un développement à faible émission de carbone ». A en croire, Laurent Jodoin, Chargé de Projets à Econoler, en ces termes : « Ce projet est financé à hauteur de 750 000 dollars avec une durée de trois ans. Le projet prend fin en Décembre 2020, l’objectif principal est d’améliorer la justice énergétique des femmes africaines en milieu rural à travers des politiques d’efficacité énergétique. Le Projet concerne le Sénégal, Bénin, Togo, c’est-à-dire, l’Afrique subsaharienne dont des études de terrain vont être menées dans ces pays que je viens de nommer avec dix chercheurs, nous allons aussi impliqués des chercheurs débutants avec trois doctorants et six futurs étudiants en master avec un ciblage de 3000 ménages en format enquête tant en milieu rural, urbain et périurbain afin de développer des politiques énergétiques au profit des femmes africaines dans ces zones surtout en rural ». D’après Dr. Roger N’GUESSAN : « Même aujourd’hui encore, à l’heure de la révolution numérique et de la transition écologique, la Journée de la Femme Africaine est rythmée par la recherche de l’eau, du bois de feu et de la nourriture pour satisfaire les besoins de la famille. Alors, quoi de plus noble que de porter ensemble ce combat qui aidera à libérer les femmes d’un fardeau de plus en plus insupportable pour l’équilibre de nos sociétés modernes. Et qui de mieux que les chercheuses et chercheurs africains pour accompagner Econoler et le CEREEC ; avec l’aide du Gouvernement Canada dont le leadership dans la lutte contre les inégalités et les effets dévastateurs du changement climatique est reconnu dans le monde entier ». Sous un autre registre, Dr. Kathryn Touré, Directrice Régionale du Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI) en Afrique Subsaharienne, argumente : « Aujourd’hui, le CRDI est l’un des principaux bailleurs de fonds de la recherche sur le changement climatique avec des investissements de plus de 200 millions de dollars canadiens, dans 70 pays. Je suis fier de vous dire que nous avons des projets de recherche impliquant plus de 1000 chercheurs au sein de 165 organisations ». Pour elle : « L’objectif principal de ce projet est de générer de nouvelles preuves pour améliorer l’efficacité énergétique et générer des économies. Nous sommes heureux de voir que la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’intéresse à ce projet et désire s’impliquer dès le début. Le changement climatique est l’un des plus grands défis de notre époque. Au CRDI, nous nous engageons à travailler main dans la main avec des chercheurs et des organisations d’Afrique de l’Ouest pour les aider à relever ce défi mondial ». Selon Adama Diallo, Secrétaire Général, au Ministère du Pétrole et des Energies, le Sénégal est résolument engagé à l’instar des pays de la CEDEAO à atteindre les objectifs de l’initiative énergie Durable pour Tous. Dans ce contexte, le Gouvernement met en œuvre beaucoup d’efforts de concert avec ses partenaires pour réussir l’accès universel en 2025. A cet effet, le milieu rural où le taux d’électrification s’établit à 40% en fin 2017 alors qu’il est de 92% en milieu urbain est le principal défi. Pour rappel, la prise en charge de la dimension genre dans l’accès à l’énergie constitue un impératif d’équité mais surtout de progrès économique et social. Par ailleurs, il s’agit d’un engagement des chefs de l’Etat de la zone CEDEAO qui ont adopté la stratégie d’intégration du genre dans l’accès à l’énergie. Bref, les femmes rurales sont d’ailleurs la priorité des Nations Unies cette année dans le cadre de la 62ème conférence sur la condition de la femme prévue à New-York durant ce mois (08 Mars : Ndlr) de la femme.

Par Amadou Tidiane Sow

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer