eco et migration

LE CAHIER DE LA RENTREE A LA DECOUVERTE DE L’INTELLIGENCE DE L’ENTREPRISE SENEGALAISE

Les 22ème et 23ème promotions de l’AFI-UE reçoivent leurs parchemins…
200 récipiendaires du Groupe AFI, l’Université de l’Entreprise, ont reçu hier soir à Dakar, leurs parchemins qui est une consécration de longues années d’études et de concentration, qu’exigent les études supérieures, dans le cadre de leur traditionnelle : « Cérémonie de Graduation » des étudiants en Licence et Master, dans les filières comme fiscalité, banque assurance, Marketing, Mangement et Communication, dont la leçon inaugurale lue par le Pr. Lamine Gueye, Recteur et Président de l’Université Alioune Diop de Bambey (UADB), a été axée sur : « L’intelligence de l’entreprise sénégalaise ». « Le mot intelligence doit être considéré ici pas comme la faculté de comprendre, mais plutôt et surtout comme la capacité de s’adapter à une situation et de choisir en fonction des circonstances, c’est cela l’intelligence de l’entreprise. Une entreprise performante est obligatoirement intelligente. L’intelligence de l’entreprise évoque l’innovation, la compétitivité, l’excellence… », a soutenu, face aux jeunes récipiendaires (2016-2017) à la quête de l’emploi ou en situation de stage, le Pr. Lamine Gueye, au cours de sa leçon inaugurale. A en croire, Marieme Ndiaye Coulibaly, Vice-présidente, du Groupe AFI-UE, en ces termes : « Depuis 25 ans, notre Groupe AFI-UE est doté d’une vision, former des ressources humaines de qualité, capables de prendre en charge l’émergence de notre continent. L’entreprise est un pilier fondamental de développement, de croissance ». Face à la presse agricole et économique, Mme Marieme Ndiaye Coulibaly, argumente : « Il n’est pas facile de gérer une entreprise au Sénégal parce qu’il y’a beaucoup de rigidité sociale, il y’a beaucoup de rigidité économique, il y’a l’esprit d’entreprise qui manque beaucoup aux sénégalais d’une manière générale, même si nous avons des capitaines d’industries, des entrepreneurs qui ont reçu, il y’a beaucoup de problèmes à gérer une entreprise. Un pays qui n’a pas d’entreprise, est un pays qui n’a pas beaucoup de chance d’être compétitif. Nous pensons que les sénégalais doivent entreprendre, l’Afrique doit entreprendre, c’est ce qui nous manque. Pour entreprendre, il faut avoir un certain niveau de culture, c’est important, l’entreprise exige une culture, exige et impose ses règles de vie, lorsque ses règles ne sont pas respectées l’entreprise va à l’échec pour ne pas dire à la faillite. Nos programmes sont des programmes d’alternance école-entreprise. Nous pensons que nous ne pouvons pas dérouler des cours de formation sans l’entreprise parce qu’il faut former des produits employables sur le marché du travail, raison pour laquelle l’Institut de Technologie Alimentaire (ITA) est un partenaire de l’AFI-UE ». Pour rappel, l’AFI, l’Université de l’Entreprise (U.E) a une existence de 24 ans voir 25 ans…

Par Amadou Tidiane Sow
www.rondelleplus.org
A SUIVRE…

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer