Accueil environnement JOURNÉE MONDIALE DE L’OZONE 2018 (JMO)…LA SOLUTION POUR LE SÉNÉGAL CE DIMANCHE 16 SEPTEMBRE EST DE GUÉRIR LA COUCHE D’OZONE

JOURNÉE MONDIALE DE L’OZONE 2018 (JMO)…LA SOLUTION POUR LE SÉNÉGAL CE DIMANCHE 16 SEPTEMBRE EST DE GUÉRIR LA COUCHE D’OZONE

par Amadou Tidiane Sow 16 septembre 2018 0 commentaire
IMAGE OZONE

Le 01 juin 2018, le Sénégal a ratifié l’Amendement de Kigali, qui va entrer en vigueur le 1er janvier 2019…

A l’instar de la communauté internationale, qui fêtera ce dimanche 16 Septembre 2018, la journée mondiale de l’ozone (JMO), 31ième édition du genre, axée sur le thème : « Gardons espoir et poursuivons nos efforts dans le protocole de Montréal », Dakar, capitale du Sénégal n’est pas en reste et la fêtera, ce dimanche, en format randonnée pédestre avec le grand public à la place de l’obélisque ou place de la nation. Ainsi, voilà trois décennies, c’est-à-dire, de 1985-2015, que le monde de l’environnement est en phase avec la nature pour guérir la couche d’ozone. Sous ce registre, les produits chimiques couramment utilisés dans le secteur du froid et des aérosols sont extrêmement nocifs pour la couche d’ozone. La confirmation scientifique et l’appauvrissement de la couche d’ozone a conduit la communauté internationale à adopter en 1985 la Convention de Vienne pour la protection de la couche d’ozone. De cette convention, est établi le Protocole de Montréal, ratifié par l’ensemble des pays (au nombre de 196) dont le Sénégal, le 16 septembre 2009. Mieux, l’objectif du Protocole de Montréal est de réduire la production et la consommation des substances nocives à la couche d’ozone, notamment les chlorofluorocarbones (CFC), les halocarbures et les hydro-chlorofluorocarbures (HCFC) ; en réduisant leur quantité dans l’atmosphère. Dans la foulée, ce protocole est structuré autour de plusieurs groupes de substances chimiques appauvrissant la couche d’ozone (SAO) soumis au contrôle et à un calendrier d’élimination progressive de leur production et de leur consommation. Par ailleurs, l’élimination des substances appauvrissant la couche d’ozone a connu deux phases permettant d’atteindre les objectifs du Protocole de Montréal : la première phase a permis d’éliminer les Chlorofluorocarbones (CFC) en 2010, la deuxième phase qui concerne le Plan de Gestion et d’Elimination des HCFC (PGEH), est en cours de mise en œuvre, avec un dispositif réglementaire qui assure l’application des mesures de contrôle et de réduction progressive des importations de substances appauvrissant la couche d’ozone, notamment par la dématérialisation des autorisations d’importations, le renforcement des capacités des techniciens frigoristes et des douaniers pour la maîtrise des nouvelles technologies et l’identification des fluides frigorigènes. En effet, le Protocole de Montréal a fait l’objet d’un amendement adopté le 15 octobre 2016 à Kigali dont l’objectif visé est de réduire progressivement d’ici 2050 la production et la consommation des hydrofluorocarbures, (HFC) puissants gaz à effet de serre, utilisés comme réfrigérants dans les climatiseurs et les réfrigérateurs. Pour rappel, le 01 juin 2018, le Sénégal a ratifié l’Amendement de Kigali qui va entrer en vigueur le 1er janvier 2019. Chaque pays partie va mettre en œuvre les dispositions de l’Amendement à travers la révision de la réglementation, l’adaptation aux nouvelles technologies et le renforcement de capacité des différents acteurs. Bref, la couche d’ozone est la partie de l’atmosphère située entre vingt et cinquante kilomètres d’altitude (stratosphère). La concentration en ozone y est de l’ordre de dix parties par million. L’ozone de la stratosphère absorbe la plupart des rayons ultraviolets dommageables (rayons UV-B) sur le plan biologique.

Par Amadou Tidiane Sow

Vous pouvez aussi voir

Laisser un commentaire

All for Joomla All for Webmasters