Accueil environnement SAMBA NE « SY » PAS LA BRANCHE D’INNOCENCE NTAP NDIAYE, PRÉSIDENT DU HCDS ET MAGNIFIE SON TRAVAIL

SAMBA NE « SY » PAS LA BRANCHE D’INNOCENCE NTAP NDIAYE, PRÉSIDENT DU HCDS ET MAGNIFIE SON TRAVAIL

par Amadou Tidiane Sow 7 août 2018 0 commentaire
IMAGE INNOCENCE NTAP NDIAYE

« Cette dernière convention a la particularité d’être un instrument juridique permettant d’uniformiser les conditions de travail. Il faut que nous nous investissons davantage dans la dynamique de la réactualisation des conventions collectives sectorielles… », selon Innocence Ntap Ndiaye (Président du HCDS)

« La cérémonie qui nous réunit, aujourd’hui, conforte la place de notre pays dans la nomenclature de ceux disposant d’une palette de conventions collectives parmi les plus complètes. Par son objet, par sa nature et par son champ d’application, cette dernière convention a la particularité d’être un instrument juridique permettant d’uniformiser les conditions de travail, mais aussi d’amoindrir les disparités entre les règles applicables aux travailleurs des différentes branches d’activité. Il est donc heureux que les parties prenantes à la CCNI aient décidé de conserver cet outil et convenu de le réactualiser avec l’appui de l’Institution tripartite nationale de dialogue social », a soutenu face à la presse, Mardi matin à Dakar, Madame Innocence Ntap Ndiaye, Président du Haut Conseil du Dialogue Social, au cours d’un atelier de 72 heures axé sur la : « Négociation de la Convention Collective Nationale Interprofessionnelle (CCNI) ». A en croire, Innocence Ntap Ndiaye, en ces termes : « Cette manifestation réaffirme la volonté des parties prenantes au dialogue social tripartite à œuvrer dans le sens de la rénovation des relations professionnelles. Il faut que nous nous investissons davantage dans la dynamique de la réactualisation des conventions collectives sectorielles, mais aussi de la conclusion dans les secteurs d’activité qui n’en disposent pas encore. Je réitère ici solennellement la détermination du HCDS à y contribuer dans le cadre de ses missions, notamment par le renforcement des capacités des partenaires sociaux concernés et par la mise en place de cadres adaptés de dialogue social au niveau sectoriel ». Selon Mody Guiro, Secrétaire Général de la CNTS, nous sommes en train de réaliser une vieille revendication des travailleurs, c’est-à-dire, la CCNI dont le texte actuel en vigueur date de 1982. Pour rappel, seules les centrales syndicales de travailleurs et les organisations patronales les plus représentatives ont la prérogative de dénoncer la Convention Collective Nationale Interprofessionnelle (CCNI). Bref, aucune centrale syndicale ne s’oppose à la révision de la Convention Collective Nationale Interprofessionnelle (CCNI) dont le document est un outil de gestion.

Par Amadou Tidiane Sow

Vous pouvez aussi voir

Laisser un commentaire

All for Joomla All for Webmasters