Accueil environnement INSTALLATION DU COMITE DE PILOTAGE DU HAUT CONSEIL NATIONAL DE LA SECURITE SANITAIRE MONDIAL

INSTALLATION DU COMITE DE PILOTAGE DU HAUT CONSEIL NATIONAL DE LA SECURITE SANITAIRE MONDIAL

par Amadou Tidiane Sow 8 juin 2018 0 commentaire
SSM IMAGE

« Il faut apprendre à agir à temps, mais pas à réagir tout le temps… », selon Dr. Papa Serigne Seck (Coordonnateur Task-Force)

75% des maladies qui posent problème à l’homme sont d’origine animale, a appris ce jeudi matin à Dakar, le reporter du journal en ligne de l’environnement sénégalais le www.rondelleplus.org , au cours d’une réunion d’installation du comité de pilotage du haut conseil national de la sécurité sanitaire mondial (SSM), qui s’inscrit dans le concept One Health : « Une Seule Santé », un programme tripartite soutenu par la FAO, l’OIE et l’OMS. « Pour lutter efficacement contre ces maladies-là, il faut prendre en compte la source animale et l’environnement. Nous pouvons définir le concept One Health, qui d’ailleurs à plusieurs définitions, mais la plus simple c’est de retenir que la santé humaine, la santé animale et la santé environnementale sont liées et qu’il fallait pour prendre en charge la santé globale opérer une approche multisectorielle tenant en compte tous les secteurs », a argumenté, au cours de sa présentation de plus de huit minutes, Dr. Pape Serigne Seck, Coordonnateur du Task-Force. Selon lui, le principal défi reste l’appropriation du haut conseil national de la sécurité sanitaire mondial. Il faut apprendre à agir à temps, mais pas à réagir tout le temps. D’après Dr. Farba Lamine Sall, Représentant des partenaires et financiers (PTF) : « Le concept One Health consiste à tirer profit des forces et des dispositions en matière de santé humaine, animale et de préservation des écosystèmes pour minimiser et mieux gérer les risques de maladies émergentes et mieux protéger la santé publique contre la propagation d’agents pathogènes dangereux. Le risque de transmission, transfrontalière de maladies émergentes et ré-émergentes est plus élevé que jamais. C’est pourquoi, il est important que les pays aient la capacité requise à surveiller, détecter, évaluer, notifier, déclarer les évènements et à organiser la riposte ».

Par Amadou Tidiane Sow

Vous pouvez aussi voir

Laisser un commentaire

All for Joomla All for Webmasters