Accueil hydraulique SOMMET MONDIAL DE L’EAU, DAKAR 2021, LE SENEGAL PEUT COMPTER SUR LA SUISSE QUI LUI TEND LA MAIN

SOMMET MONDIAL DE L’EAU, DAKAR 2021, LE SENEGAL PEUT COMPTER SUR LA SUISSE QUI LUI TEND LA MAIN

par Amadou Tidiane Sow 5 mai 2018 0 commentaire
FME DAKAR 2021 EN IMAGE

« Le forum 2021, il positionne Dakar à l’échelle de l’effort engagé pour une eau qui soit gérée de manière plus intégrée, plus durable au service de la paix. Nous sommes très intéressés à travailler étroitement avec le Sénégal… », selon Michel Mordasini de Global Programme Water (SUISSE)
Du 30 Avril au 04 Mai 2018, sur invitation de l’organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) et avec l’appui de la Suisse, une délégation des ministères des ressources hydrauliques et des affaires étrangères des cinq pays d’Asie Centrale a participé à une mission de travail pour approfondir leurs connaissances et partager leurs propres expériences sur la gestion des bassins fluviaux internationaux et leurs réponses à des défis communs, a constaté, Vendredi soir à Dakar, le reporter du desk en charge des questions hydrauliques au journal en ligne spécialisé sénégalais le www.rondelleplus.org . Sous ce registre, ces échanges ont porté principalement sur le statut international et la Charte du fleuve Sénégal, le cofinancement et la gestion conjointe des infrastructures dans le bassin, ainsi que les coûts et bénéfices partagés de la gestion des eaux transfrontalières, dont l’objectif principal de cette visite est un partage d’expérience dans le domaine de la gestion transfrontalière des eaux. « Les pays de la région ici dans le cadre de l’Omvs ont acquis une expérience toute particulière depuis de nombreuses années dans une gestion commune de la ressource de l’eau. Dans le cadre des initiatives et des efforts au niveau international de promouvoir l’eau comme facteur de paix pour la Suisse, pour l’Omvs, pour le Sénégal, pour les pays d’Asie Centrale, partager les efforts, partager les expériences en matière de gestion commune des ressources de l’eau est un point central. Ceci s’est traduit pas des discussions intensives ici à Dakar, mais également une visite de terrain dans la région de Saint-Louis, pour visiter le barrage de Diama et de visiter également la station de pompage sur le territoire de la Mauritanie, qui a permis de mettre en valeur un certain nombre d’approche et de mécanisme qui font la particularité de l’OMVS, des cofinancements dans les infrastructures, des sociétés de gestion commune pour des ouvrages dans le bassin et des mécanismes de partage des coûts et bénéfices entre pays riverains par rapport aux infrastructures et la gestion des ressources de l’eau. Ces trois dimensions ont un intérêt tout particulier pour les pays d’Asie Centrale qui sont actuellement dans un processus de réflexion sur comment renforcer encore la coopération régionale dans le domaine de l’eau dans cette région du monde, c’est-à-dire, en Asie Centrale », a argumenté, face à la presse hydraulique, Michel Mordasini de Global Programme Water. A en croire, Hamed Diane SEMEGA, Haut-Commissaire de l’OMVS, en ces termes : « Le sommet mondial de l’eau que le Sénégal va abriter en 2021 est un évènement de porter mondial et pour lequel l’OMVS va jouer sa participation parce que d’abord Dakar, c’est la capitale du Sénégal, pays hôte de cet événement mondial et que Dakar est en même temps le siège de l’Omvs et plus le thème que porte le Sénégal : « La coopération internationale, la sécurité sur l’eau » et je crois que notre organisation symbolise à bien d’égard cette thématique. Pour nous Dakar 2021 est un événement majeur dans la vie de notre organisation, tous les efforts seront mis en œuvre pour que Dakar 2021 soit un succès ». D’après Michel Mordasini de Global Programme Water : « Le forum 2021 est un forum mondial, il positionne Dakar à l’échelle de l’effort engagé pour une eau qui soit gérée de manière plus intégrée, plus durable au service de la paix. Les années que nous avons, de construction à cet événement majeur en 2021 est un processus où d’un point de vue de la Confédération Suisse, nous sommes très intéressés à travailler étroitement avec nos partenaires, le Sénégal bien sûr puisse que nous avons eu l’occasion de voir le Ministre en Charge de l’Hydraulique du Sénégal, Son Excellence Mansour Faye, ce Vendredi matin, mais également bien entendu au premier plan l’Omvs et ce que l’Omvs offre en terme d’expérience et de succès dans la gestion intégrée, durable, gérée de manière équitable entre tous les pays riverains ». Pour rappel, la crise mondiale de l’eau est l’un des problèmes politiques, écologiques et sociaux les plus brûlants du 21ième siècle. Elle est multiple, et se traduit notamment par la diminution de la quantité d’eau disponible par habitant. D’ici 2025, 2/3 de la population mondiale pourrait devoir faire face à des pénuries en eau. Bref, le partage de cette ressource, de plus en plus précieuse, risque de devenir une source de tensions majeures et de conflits ces prochaines années. L’hydraulique (l’eau : Ndlr) sera-t-elle toujours source de vie et non de conflit ?

Par Amadou Tidiane Sow

Vous pouvez aussi voir

Laisser un commentaire

All for Joomla All for Webmasters