Accueil hydraulique LA COMMISSION SOUS REGIONALE DES PECHES, CSRP, TOURNE LA PAGE DE SA CRISE INSTITUTIONNELLE

LA COMMISSION SOUS REGIONALE DES PECHES, CSRP, TOURNE LA PAGE DE SA CRISE INSTITUTIONNELLE

par Amadou Tidiane Sow 4 mai 2018 0 commentaire
IMAGE CSRP UE

« Les états membres de la CSRP n’ont plus droit à l’erreur… », selon Dr. Mamadou Goudiaby (DPM)
« Personne n’a pas le droit à l’erreur, nous l’avons dit, quand on voit aujourd’hui le fléau que constitue la pêche INN, quand on voit le nombre de communautés qui vivent de la pêche dans les pays de la région, on n’a pas droit à l’erreur et nous sommes tous mobilisés pour relever le défi… », a soutenu, Jeudi soir à Dakar, Mme Cécile TASSIN-PELZER, Chef de Coopération de la Délégation de l’Union Européenne (U.E) en République du Sénégal, face à la presse sénégalaise spécialisée sur les questions halieutiques, au cours de la cérémonie de signature d’un don de plus de 3,6 millions d’euros de l’Union Européenne (U.E) à la Commission Sous Régionale des Pêches (CSRP), dans le cadre de la mise en œuvre du PESCAO pour une période de 4 à 5 ans, afin de contribuer au renforcement de la surveillance des pêches. La pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN) sera-t-elle éradiquée… ?
Après des moments de léthargie constatés depuis des mois, voire des années, pour son bon fonctionnement au profit de ses activités, la commission sous régionale des pêches (CSRP) à travers l’union européenne (U.E) a reçu sous forme de don, Jeudi soir à Dakar, une enveloppe financière estimée à hauteur de plus de 2 milliards 350 millions de francs CFA pour une période de 4 ans soit 3,6 millions d’euros, a constaté le reporter du desk sur les questions halieutiques du journal en ligne sénégalais spécialisé le www.rondelleplus.org , dans le cadre aussi du programme d’amélioration de la gouvernance des pêches en Afrique de l’Ouest (PESCAO). Ainsi, ce projet dit Pescao vise l’amélioration de la gestion régionale des activités de pêche en Afrique de l’Ouest, notamment le développement d’une politique des pêches régionales, l’instauration d’une coordination régionale contre la pêche dite illégale, non déclarée et non réglementée (INN) en Afrique de l’Ouest et l’amélioration de la gestion de la ressource halieutique toujours dans ce contexte régional. Sous ce registre, le projet PESCAO a pour but d’améliorer la gestion des réserves halieutiques et permettre ainsi à la pêche de contribuer de façon plus significative au développement économique et à renforcer la sécurité alimentaire des populations en Afrique de l’Ouest. « Le secteur de la pêche est d’une grande importance dans les économies des pays ouest africains. Il constitue une source d’emplois et de revenus pour les communautés côtières mais aussi de devises étrangères pour les économies nationales. Par ailleurs, la pêche participe largement à la sécurité alimentaire en tant que fournisseur important de protéines animales. Aux défis traditionnels de gouvernance et de gestion durable des ressources halieutiques, s’est ajouté depuis quelques années la pratique néfaste de la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN). Cette pêche représenterait près de 37% des captures dans la région ouest africaine. Vous imaginez dès lors les énormes dégâts de ce fléau sur les communautés et sur l’économie nationale et régionale. En réponse à ces défis, le projet PESCAO a pour ambition de fournir un cadre de priorités régionales de la pêche et d’améliorer l’impact des organismes régionaux de la pêche en définissant plus efficacement le rôle et les relations de chaque organisation. Son second objectif est de renforcer les capacités des autorités nationales et régionales compétentes en matière de suivi, contrôle et surveillance (SCS) pour empêcher la pêche INN. Enfin, il s’agira de démontrer la valeur ajoutée des approches coordonnées pour la gestion partagée de la pêche dans la région ouest-africaine. L’engagement de l’union européenne (U.E) dans le secteur de la pêche incluant la lutte contre la pêche INN est multiforme. Nous lancerons d’autres projets en 2018 dans l’objectif de renforcer la sûreté et la sécurité maritime en Afrique de l’Ouest », a soutenu face à la presse sénégalaise spécialisée sur les questions halieutiques, Mme Cécile TASSIN-PELZER, Chef de Coopération de la Délégation de l’Union Européenne (U.E) en République du Sénégal. A en croire, Dr. Mamadou Goudiaby, Directeur Général de la Pêche Maritime (DPM) au Sénégal, en ces termes : « La perte causée par la pêche INN est estimée à hauteur de 37% (les captures) soit une manne financière d’1 milliard 500 millions d’euros, c’est énorme pour l’ensemble des pays de la sous-région ouest africaine, c’est la raison pour laquelle nous disons que c’est un fléau, qu’un seul état ne peut pas lutter contre la pêche INN, il faut donc une mutualisation des moyens, mais des efforts de manière qu’on puisse éradiquer ce fléau-là hors de nos zones économiques exclusives. C’est dans ce cadre, qu’il faut comprendre la dimension stratégique de ce projet que nous voulons mettre en œuvre avec l’union européenne (U.E) et les états membres de la CSRP. Malheureusement de 1985 à nos jours, ces plusieurs décennies, les ressources halieutiques de la sous-région continuent à être fortement menacées par la surexploitation conséquence de la combinaison de plusieurs facteurs notamment la pêche INN dont l’importance ne fléchie pas malgré les nombreuses initiatives pour éradiquer ce fléau. La lutte contre la pêche INN est un fléau mondial que les pays de la sous-région pris individuellement, je dirais même les organisations sous-régionales et régionales détachées seules ne peuvent pas éradiquer, c’est le sens qu’il faut donner à cet engagement de l’union européenne (U.E) aux cotés de la CSRP, du CPCO, mais également on dira de la CEDEAO. La CSRP via la CEDEAO a sollicité et obtenu de l’union européenne (U.E) le financement du projet d’amélioration de la gouvernance régionale des pêches en Afrique de l’Ouest (PESCAO). Aujourd’hui, l’espoir est permis, nous avons quand même traversé des périodes de crise au niveau de la CSRP et cette crise institutionnelle est dans l’histoire maintenant. Les états membres de la CSRP n’ont plus droit à l’erreur ». D’après Mme Cécile TASSIN-PELZER : « Personne n’a pas le droit à l’erreur, nous l’avons dit, quand on voit aujourd’hui le fléau que constitue la pêche INN, quand on voit le nombre de communautés qui vivent de la pêche dans les pays de la région, on n’a pas droit à l’erreur et nous sommes tous mobilisés pour relever le défi ». Pour rappel, le programme régional PESCAO est financé par l’Union Européenne (U.E) pour un montant total de plus de 9 milliards 800 millions de francs CFA soit 15 millions d’euros pour une durée de 5 ans.

Par Amadou Tidiane Sow

Vous pouvez aussi voir

Laisser un commentaire

All for Joomla All for Webmasters