Accueil eco et migration POUR UNE MIGRATION SURE, ORDONEE ET REGULIERE

POUR UNE MIGRATION SURE, ORDONEE ET REGULIERE

par Amadou Tidiane Sow 3 mai 2018 0 commentaire
IMAGE EN CONCLAVE

Les acteurs sont en conclave à Dakar pour 4 jours…
« La migration intra régionale notamment la migration de travail intra régionale, c’est-à-dire, en interne du continent africain est beaucoup plus importante maintenant que tout type de mouvement vers l’Europe ou vers les autres pays. En Afrique les gens bougent dans le continent et encore au niveau intra régional, mais vraiment au niveau de la sous-région », a soutenu ce Mercredi matin à Dakar, face au reporter du desk sur les questions migratoires du journal en ligne spécialisé sénégalais le www.rondelleplus.org , Claudia Natali, Spécialiste Régionale en Migration de Travail et Développement Humain en Afrique de l’Ouest et Centrale à l’Organisation Internationale pour la Migration (OIM), dans le contexte de la réunion inaugurale du Comité Consultatif sur la migration du travail, dont les objectifs principaux sont d’examiner la feuille de route et programme de travail 2017-2019 du Comité, examiner la règle de procédure du Comité, la formation des membres du Comité comprenant : la sensibilisation sur les cadres politiques de l’UA sur la migration et la migration de main d’œuvre, y compris le cadre de politique migratoire renouvelé et le JLMP, la sensibilisation sur les instruments internationaux du travail et de la migration par l’OIT et l’OIM, la conscience de la position commune de l’UA sur le Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière devant être adoptée par l’assemblée générale (AG) des Nations Unies au Maroc 2018. A en croire, Claudia Natali, en ces termes : « En Afrique de l’Ouest la majorité des gens ont tendance à rester dans la sous-région de la CEDEAO. Je pense que l’union africaine (UA) doit travailler à chercher des facilités par rapport à la mobilité des jeunes (femmes et hommes) au niveau intra régional en Afrique en général, mais aussi les communautés économiques régionales (CER) comme la CEDEAO doivent aussi contribuer à faciliter les mouvements entre sous-régions ». Pour rappel, il y’a beaucoup de défi à relever dans le cadre des statistiques (chiffres) liées à la migration et la migration de travail. Bref, les acteurs qui traitent ces questions migratoires sont en conclave pour quatre jours, à Dakar, avec comme résultats attendus : « Règles et procédures du Comité adoptées, les membres du Comité se sont familiarisés avec les cadres politiques et les instruments juridiques sur la gestion des migrations de main d’œuvre en Afrique, au niveau continental et des CER, une feuille de route biennale du Comité (Plan de Travail) adoptée… ».

Par Amadou Tidiane Sow

Vous pouvez aussi voir

Laisser un commentaire

All for Joomla All for Webmasters