Accueil elevage L’INCONTOURNABLE PDG DE LA SEDIMA ET ROI DU POULET BABACAR NGOM HAUSSE LE NIVEAU DE PERFORMANCE EN 2017 GRACE A LA MISE EN PLACE DE NOUVELLES EXPLOITATIONS AVICOLES, BARA TALL APRES LES BTP, ARRIVE BIENTOT DANS LE SECTEUR DE L’ELEVAGE POUR MIEUX SERVIR

L’INCONTOURNABLE PDG DE LA SEDIMA ET ROI DU POULET BABACAR NGOM HAUSSE LE NIVEAU DE PERFORMANCE EN 2017 GRACE A LA MISE EN PLACE DE NOUVELLES EXPLOITATIONS AVICOLES, BARA TALL APRES LES BTP, ARRIVE BIENTOT DANS LE SECTEUR DE L’ELEVAGE POUR MIEUX SERVIR

par Amadou Tidiane Sow 30 mars 2018 0 commentaire
PAPA BABACAR NGOM SEDIMA IMAGE

« Le Ranch de Dolly a besoin de financement… », selon Aminata Mbengue Ndiaye (MEPA)
Après les BTP dont il est très connu en étant un véritable capitaine d’industrie dans ce secteur, Bara Tall, Patron de Jean Lefebvre Sénégal et Ingénieur Polytechnicien de formation, sorti de l’Ecole Polytechnique de Thiès (EPT) va bientôt investir ou se lancer dans un autre secteur qui est l’élevage, a appris ce Jeudi matin à Dakar, le reporter du premier journal en ligne pastoral sénégalais le www.rondelleplus.org . En effet, Bara Tall, un homme de principe et très crédible ne serait qu’une valeur ajoutée dans ce secteur du pastoralisme. Ainsi, il possède des terres dans le Delta du Nord et veut explorer ce secteur. D’après notre source, il est entrain de demander des conseils et sera un acteur dans l’élevage dans un futur proche. « Si nous laissons le Ranch de Dolly aux populations locales ou autochtones, on ne va pas s’en sortir, le Ranch de Dolly a besoin de financement. D’ailleurs, une discussion et de partage d’information seront tenues dans les jours à venir », a soutenu face à la presse, Aminata Mbengue Ndiaye, Ministre en Charge de l’Elevage et des Productions Animales (MEPA), au cours de la traditionnelle revue annuelle de son ministère, dont l’objectif principal est la validation du rapport de revue du secteur de l’élevage pour l’année 2017. Pour rappel au niveau national, la viande a connu des avancées importantes avec plus de 242 000 tonnes en 2016 et 246 520 tonnes en 2017 soit un pourcentage de 97%. Pour le lait au niveau national, la production porte en 2017 sur un volume de 243,5 millions de litres, soit un taux de réalisation de 99%. Bref, la production d’œufs de consommation en 2017 est estimée à 719 millions d’unités, soit un taux de réalisation de 104% par rapport à l’objectif de 694 millions d’unités qui était visé. Elle évolue de 6% par rapport à l’année 2016, correspondant à un volume de 44 millions d’unités. Sous ce registre, cette performance s’explique principalement par une augmentation importante de l’offre locale, à la faveur de la mise en place de nouvelles exploitations avicoles et aussi une situation zoosanitaire sous contrôle, après la flambée des foyers de la maladie de Marek enregistrée en 2016.

Par Amadou Tidiane Sow
www.rondelleplus.org

Vous pouvez aussi voir

Laisser un commentaire

All for Joomla All for Webmasters