Accueil agriculture COMPTE A REBOURS…LA FIARA, 19ième EDITION DU GENRE SE TIENDRA DU 29 MARS JUSQU’AU 12 AVRIL 2018 AU CICES, LA FILIERE ARACHIDIERE SERA L’ATTRACTION ET LE THEME CENTRAL DE CETTE ANNEE, PLUS DE 800 EXPOSANTS ATTENDUS A DAKAR, AVEC UN BUDGET ESTIME A HAUTEUR DE 200 MILIONS DE FRANCS CFA AFIN DE REUSSIR CE GRAND RENDEZ-VOUS AGRICOLE DU SENEGAL

COMPTE A REBOURS…LA FIARA, 19ième EDITION DU GENRE SE TIENDRA DU 29 MARS JUSQU’AU 12 AVRIL 2018 AU CICES, LA FILIERE ARACHIDIERE SERA L’ATTRACTION ET LE THEME CENTRAL DE CETTE ANNEE, PLUS DE 800 EXPOSANTS ATTENDUS A DAKAR, AVEC UN BUDGET ESTIME A HAUTEUR DE 200 MILIONS DE FRANCS CFA AFIN DE REUSSIR CE GRAND RENDEZ-VOUS AGRICOLE DU SENEGAL

par Amadou Tidiane Sow 15 février 2018 0 commentaire
IMAGE ARACHIDE

« Force est de reconnaître que les producteurs d’arachide sont confrontés à de très sérieux problèmes liés, d’abord, à l’accès à des intrants et à des moyens de production de qualité et en quantité suffisantes… », selon Cheikh Amar (S.G FIARA)
Le Sénégal (Dakar) est à plus de 40 jours de l’ouverture officielle de la 19ième édition de la foire internationale de l’agriculture et des ressources animales (FIARA 2018), dont le thème central est axé sur : « La contractualisation entre les organisations de producteurs et les industriels dans le cadre des chaînes de valeurs de chacune des différentes filières agricoles en général et particulièrement de la filière arachidière », avec plus de 800 participants attendus venant de toutes les parties de l’Afrique et d’autres continents, y compris les 14 régions du Sénégal, ses 45 départements et les coins les plus reculés du pays, soit un budget estimé à hauteur de 200 millions de francs CFA, a constaté, ce Jeudi matin à Dakar, le reporter du premier journal en ligne agricole sénégalais le www.rondelleplus.org, dans le contexte où il est aussi envisagé d’amener, pour la première fois, un islamologue et un prêtre afin de parler sus les aspects liés au non-respect délibéré par un homme de ses créances et de ses engagements socioéconomiques à honorer, à date échue. « Force est de reconnaître que les producteurs d’arachide sont confrontés à de très sérieux problèmes liés, d’abord, à l’accès à des intrants et à des moyens de production de qualité et en quantité suffisantes, ensuite à la commercialisation qui se pose comme un goulot d’étranglement majeur et de manière récurrente. Tous ces problèmes peuvent trouver des solutions durables dans des organisations socioprofessionnelles agricoles bien gérées constituées d’adhérents, conscients de leurs responsabilités et de leurs devoirs envers leurs organisations de base. La solution serait également la restauration du Crédit Agricole et la signature de contrats fermes avec les industriels », a soutenu, face à la presse agricole, Cheikh Amar, le Secrétaire Général de la Fiara. Selon lui, il faut donc redorer le blason du Crédit Agricole en valorisant d’autres sources comme la maîtrise du membership des organisations de base grâce aux TIC. Le Ministre chargé de l’accompagnement des organisations socioprofessionnelles agricoles a évoqué cette question récemment en Allemagne. Il ne s’agit pas pour moi d’introduire, aujourd’hui, ce débat mais d’en susciter une réflexion soutenue car d’éminents experts vont en discuter dans les panels. Pour rappel, la foire internationale de l’agriculture et des ressources animales (FIARA), 19 édition du genre, qui se tiendra du 29 Mars au 12 Avril 2018, au Centre International du Commerce Extérieur du Sénégal (CICES), ses préparatifs se poursuivent et tous les efforts sont déployés afin que cette version 2018 puisse établir des records en termes d’exposants, de visiteurs, de découvertes, d’innovations, d’animations et de fora.

Par Amadou Tidiane Sow

Vous pouvez aussi voir

Laisser un commentaire

All for Joomla All for Webmasters