Accueil Agroalimentaire L’ITA SE DISTINGUE ENCORE DE PAR SA QUALITE DU TRAVAIL BIEN FAIT A TRAVERS L’ACCREDITATION DE SON LABORATOIRE DE MYCOTOXINES SELON LES NORMES NF EN ISO/CEI 17025 PRONONCEE PAR COFRAC POUR UNE DUREE DE 4 ANS

L’ITA SE DISTINGUE ENCORE DE PAR SA QUALITE DU TRAVAIL BIEN FAIT A TRAVERS L’ACCREDITATION DE SON LABORATOIRE DE MYCOTOXINES SELON LES NORMES NF EN ISO/CEI 17025 PRONONCEE PAR COFRAC POUR UNE DUREE DE 4 ANS

par Amadou Tidiane Sow 11 janvier 2018 0 commentaire
ITA IMAGE ACCREDITATION

« Nous sommes en train de poursuivre cette démarche d’accréditation dans les autres laboratoires notamment ceux de Microbiologie et de Chimie… », selon Dr Mamadou Amadou Seck (D.G ITA)
Après avoir eu cinq distinctions comme laboratoire figurant dans la liste des laboratoires agréés par la Federation of Oils, Seed and Fats Association (FOSFA), laboratoire de référence du Conseil Africain de l’Arachide ; laboratoire retenu par INFOTERRA, plateforme d’échanges d’informations environnementales basée à Nairobi, comme source apte à donner des informations sur les aflatoxines ; laboratoire choisi comme point focal de la zone francophone de l’Afrique de l’Ouest pour les mycotoxines lors du symposium international sur les mycotoxines à la Food Drug Administration en 2002 ; laboratoire retenu par l’Etat du Sénégal pour le contrôle des aflatoxines dans les graines d’arachides destinées à l’exportation. Ainsi, la sixième distinction (Puissance 6 : Ndlr), a été révélée ce Jeudi matin à Dakar, par Dr. Mamadou Amadou Seck, Directeur Général de l’ITA et son équipe, face à la presse agricole, qui est l’accréditation du laboratoire de Mycotoxines selon la norme NF EN ISO/CEI 17025 : « Exigences générales concernant la compétence des laboratoires d’étalonnages et d’essais », le tout au profit de l’Institut de Technologie Alimentaire, prononcée par le Comité Français d’Accréditation (COFRAC) : Qui dit mieux !
L’institut de technologie alimentaire (ITA) vient d’obtenir une accréditation de son laboratoire de Mycotoxines selon la norme NF EN ISO/CEI 17025 : « Exigences générales concernant la compétence des laboratoires d’étalonnages et d’essais » prononcée par le comité français d’accréditation (COFRAC), a constaté le reporter du premier journal en ligne agricole du Sénégal le www.rondelleplus.org, ce Jeudi matin à Dakar, au cours d’un face à face avec la presse agricole. Ainsi, cette accréditation initiale couvre une période de quatre ans, c’est-à-dire, à compter du 02 Janvier 2018 au 31 Décembre 2021 et porte spécifiquement sur le contrôle de la teneur en aflatoxines dans les denrées alimentaires. Sous ce registre, cette accréditation a une possibilité de renouvellement si et seulement le travail est bien fait au niveau de l’ITA. Dans ce sens, le Cofrac dont l’accréditation porte sa signature fera le suivi et l’évaluation sur la période des quatre années. « L’accréditation de l’ITA permet aux autorités, aux exportateurs et aux entreprises agroalimentaires en général, de s’offrir les compétences de notre laboratoire de mycotoxines pour le contrôle des aflatoxines dans les denrées alimentaires, les tâches étaient exécutées avec le haut niveau de fiabilité requis. Le Sénégal étant un grand producteur d’arachide, l’accréditation de l’ITA constitue une voie d’accès facile aux marchés internationaux pour l’exportation des graines d’arachide par la délivrance de rapports d’analyses reconnus et acceptés par les services étatiques. Notre accréditation est en droite ligne avec la politique qualité nationale et sous régionale, à savoir disposer de laboratoires de contrôle qualité de référence, c’est-à-dire, des laboratoires accrédités ; en d’autres termes, des laboratoires compétents dans leur domaine d’activités. Cette reconnaissance internationale de notre savoir-faire nous permet également de mieux appuyer les autorités dans les prises de décision concernant la gestion de la sécurité sanitaire des aliments, en vue de la protection de la santé des consommateurs », a soutenu, Dr. Mamadou Amadou Seck, Directeur Général de l’ITA, dans un texte liminaire parvenu à notre rédaction. A en croire, Dr. Amadou Seck, en ces termes : « Vous savez, les mycotoxines constituent une sérieuse menace à la sécurité alimentaire et économique en Afrique. Elles sont à l’origine d’importantes pertes post-récoltes dans plusieurs spéculations ; ce qui réduit davantage la disponibilité alimentaire dans nos marchés et ménages à travers le continent. Par ailleurs, les aflatoxines étant des substances avérées cancérigènes, constituent de plus en plus un problème de santé publique avec des conséquences négatives sur le commerce. Les exportations d’arachides constituent un levier puissant pour accroître les rentrées de devises. Le Sénégal occupe une place importante en termes d’exportations du fait de la bonne qualité de graines d’arachides. En effet, environs 99% des exportations de graines d’arachides sont destinés à la Chine, ce qui en fait la 5ième destination des exportations du Sénégal. Il me plait de noter, que pour la quatrième année consécutive, le laboratoire de mycotoxines de l’ITA assure le contrôle des aflatoxines dans les graines d’arachides destinées à l’exportation dans le cadre du Protocole d’Accord que le Gouvernement du Sénégal a signé avec la République Populaire de Chine. Dans ce dernier, il est clairement stipulé que l’arachide exportée doit répondre également aux exigences des normes nationales de la République Populaire de Chine en matière de sécurité sanitaire des aliments et les laboratoires de contrôle doivent avoir une certaine compétence ». Par ailleurs, cette accréditation que vient d’obtenir l’ITA est une attestation délivrée par une tierce partie (organisme comptent) et constitue une reconnaissance formelle de la compétence du laboratoire à réaliser des activités spécifiques d’évaluation de la conformité avec un haut niveau de fiabilité requis. Ce qui permet, entre autre, l’instauration de la confiance avec sa clientèle et ses partenaires dans les prestations réalisées. D’après Babacar Béye, Responsable du Laboratoire mycotoxine de l’ITA : « Effectivement, nous faisons souvent des missions à Kaolack pour faire des prélèvements d’arachides. Il se trouve que ces arachides là sont analysées avant l’exportation. Il se trouve effectivement que ces échantillons d’arachides sont souvent contaminés, mais tout dépend de l’opérateur ou le paysan, s’il arrive à faire un bon tri, il peut avoir un échantillon dont la teneur en aflatoxine est réduite, il peut écarter toutes les graines suspectées. Pour pouvoir faire un bon tri, il faut reconnaitre les graines suspectées, comme les graines décolorées, les graines immatures, les graines noires, tout ça il faut les éliminer. Si on arrive à éliminer ces écarts là, tu peux avoir un échantillon dont la teneur en aflatoxine est fortement réduite. Je crois que l’accréditation est venue à son heure parce que c’est une reconnaissance de la compétence internationale, de la compétence des agents de l’ITA. Actuellement, on n’a pas encore une structure d’agents de sécurité sanitaire des aliments, maintenant avec l’accréditation ça nous permettra de généraliser les données scientifiques pour pouvoir élaborer des normes de réglementations sur la sécurité sanitaire des aliments. Il y’a une agence qui travaille la dessus, je crois qu’ils vont même faire leurs conclusions ». Pour rappel, le Laboratoire de Mycotoxines au sein de l’Institut de Technologie Alimentaire (ITA), depuis sa création en 1973, effectue le dosage des aflatoxines suivant les normes internationales (NF EN 14123 et l’ISO 14718) dans les denrées alimentaires, en particulier l’arachide et ses dérivés comme l’huile, les tourteaux, la pâte…Il réalise également le dosage de la teneur en histamine dans les produits halieutiques pour vérifier leur conformité aux exigences réglementaires dans les pays destinataires. Parallèlement aux activités de contrôle de qualité, le laboratoire s’est beaucoup investi dans la Recherche et le Développement. En effet, un dispositif de réduction (table de traitement) de la teneur en aflatoxine dans l’huile brute d’arachide ou « Seggal » a été mis au point à travers un projet. Ces tables ont été démultipliées auprès de plusieurs groupements de femmes transformatrices d’arachide surtout dans la zone du bassin arachidier, ce qui permet à ces populations de disposer de l’huile brute avec une très faible teneur d’aflatoxines. Bref, en termes de formation, le laboratoire de Mycotoxines est en partenariat avec les universités sénégalaises et les écoles de formation pour l’accueil d’étudiants en stage académique ou en formation modulaire.

Par Amadou Tidiane Sow

Vous pouvez aussi voir

Laisser un commentaire

All for Joomla All for Webmasters