Accueil elevage LE SAVOIR-FAIRE DES POLYTECHNICIENS YANDE ET MOUSSA

LE SAVOIR-FAIRE DES POLYTECHNICIENS YANDE ET MOUSSA

par Amadou Tidiane Sow 21 mai 2017 0 commentaire
IMAGE POULET

Yafali et Avico, deux start-ups agricoles et avicoles voient le jour…   

« Il y’a une baisse accrue de consommation de la volaille au Sénégal, ces dernières années, qui engendre une carence d’optimisation des produits avicoles, manque de création d’emplois, parce que les jeunes éleveurs tenant compte de certains aspects ont peur de s’investir ou bien d’entreprendre dans la filière avicole », a soutenu, ce Samedi 20 Mai 2017 à Dakar, Moussa Mbaye, Etudiant au Département Génie Informatique à l’Esp et Concepteur du start-up AVICO, qui signifie Aviculture-Connectée, dans le contexte de la 6ième édition du salon du polytechnicien axée sur le thème : « Le savoir-faire du polytechnicien ».

« Je suis jeune, il est vrai, mais aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années », disait Pierre Corneille. En effet, ce Samedi 20 Mai 2017 à Dakar, dans les locaux de l’Ecole Supérieure Polytechnique (ESP), dans le contexte de la 6ième édition du salon du polytechnicien dont l’objectif principal est de permettre à certains polytechniciens de montrer leur génie créateur, qui est aujourd’hui, un élément déterminant au niveau des entreprises agricoles et avicoles. Ainsi, deux start-ups, se sont illustrées dans l’assertion de Corneille dans le Cid. Il s’agit bien de YAFALI dans le secteur agricole et AVICO dans le secteur avicole. A en croire, Angéle Yandé Ndiaye, Etudiante en deuxième année de diplôme d’ingénieur de conception au Département Génie Chimique et biologie appliquée à l’Esp, en ces termes : « YAFALI, c’est une firme agroalimentaire naissante à l’ESP, qui a commencé en 2016 et qui vise la promotion du consommer local ». Interpellé sur la problématique du consommer local par le reporter du journal agricole le www.rondelleplus.org, Yandé Ndiaye, soutient : « La problématique du consommer local est que les importations en blé, lait en poudre, mais aussi en fruits et légumes d’origines occidentales sont très importantes. Du coup, on délaisse nos denrées d’origines locales, nous ne les utilisons pas. La plupart des denrées locales sont méconnues par les consommateurs. C’est pourquoi, nous avons visé au sein de nos laboratoires de faire des techniques adaptées pour pouvoir transformer ces denrées et l’apporter à la population sénégalaise ». Pour Mme Ndiaye : « La solution de YAFALI, c’est que nous fabriquons des produits tels que les farines pâtissières améliorées à base de légumes comme le manioc, le « Naadio », les farines infantiles pour lutter contre les farines occidentales qui viennent et ne sont mêmes pas riches en nutriments ». « Il y’a une baisse accrue de consommation de la volaille au Sénégal, ces dernières années, qui engendre une carence d’optimisation des produits avicoles, manque de création d’emplois, parce que les jeunes éleveurs tenant compte de certains aspects ont peur de s’investir ou bien d’entreprendre dans la filière avicole », a soutenu, Moussa Mbaye, Etudiant au Département Génie Informatique à l’Esp et Concepteur du start-up AVICO, qui signifie Aviculture-Connectée. Pour lui : « la solution d’Avico est que nous avons mis en place un dispositif électronique, qui nous permettrai à la fois d’avoir à réguler une température tout en tenant compte de l’évolution du poulet pour plus d’efficacité en termes de production. Maintenant, ce système comprend des unités de traitement, qui nous permettrons de traiter des données, c’est-à-dire, il y’a une unité de captage qui permettrai de capter la température, l’humidité, la luminosité et les gaz qui se dégagent au niveau de la volaille. A ce niveau, il y’a un seuil qui permet d’avoir une bonne évolution de la volaille. Maintenant, l’unité de traitement va envoyer des commandes via les actionnaires, qui sont les systèmes de ventilation ou les systèmes de réchauffement. Si ces systèmes de ventilation sont très hautes, il y’a une manière ou un moyen de rabaisser la température face à un seuil fixé ». Pour rappel, ce salon du polytechnicien axé sur le thème : « Le savoir-faire du polytechnicien », 6ième édition du genre, permet aux étudiants de l’Ecole Supérieure Polytechnique (ESP) de Dakar de se promouvoir dans le secteur agricole et avicole.

 

Par Amadou Tidiane Sow

Vous pouvez aussi voir

Laisser un commentaire

All for Joomla All for Webmasters