Accueil agriculture AU PAYS DU ROI LION, L’ELEPHANT VERT S’IMPLANTE AU CŒUR DE LA CAPITALE DAKAR

AU PAYS DU ROI LION, L’ELEPHANT VERT S’IMPLANTE AU CŒUR DE LA CAPITALE DAKAR

par Amadou Tidiane Sow 28 avril 2017 0 commentaire
AGROECOLOGIE

« La raison d’être d’Eléphant Vert est l’Agro-Ecologie. Nous travaillons pour impulser l’industrie de l’agriculture saine et biologique… », selon René Bajikilé Matala (Directeur Général)

« Le Sénégal perd plus de 250 milliards de francs CFA/an par rapport à ses terres qui ne sont pas fertiles dont 47% des sols sont très médiocres, inaptes à l’agriculture, 36% sont moins faibles. Les zones du Nord et du Sud sont les plus touchées, dans le contexte de la baisse de la fertilisation », a révélé, ce Jeudi matin à Dakar, Mamadou Ndiaye, Chercheur Agronome, au cours de la cérémonie officielle d’implantation du Groupe Elephant Vert au Sénégal, une structure internationale basée déjà au Maroc, Mali et en France, qui pratique l’Agro-Ecologie, une agriculture saine, durable, respectant les normes de l’environnement (le Bio et le Naturel 100%). Le Tapis est herbacé, l’Elephant débarque au pays du Roi Lion !   

 

Sous le soleil chaud d’Afrique à Dakar, au firmament des phares des mamelles, un regard de haut et de bas qui fait peur sur la Capitale sénégalaise, le lit d’eau qui ceinture la presqu’île du Cap-Vert, loin des champs agricoles et en face d’un monument intitulé « La Renaissance » d’une Afrique, qui doit renaître reconnue comme l’avenir du monde, a été officiellement lancé, ce Jeudi matin, l’implantation du Groupe Eléphant Vert au Sénégal, après Maroc, le Mali, d’autres cieux en Afrique sont prévus afin de mieux positionner GEV, une filiale internationale, qui offre une agriculture saine et durable, à travers des variétés ciblées comme l’arachide dans la zone du Sine-Saloum (Kaolack-Fatick), la pomme de terre des Niayes (Sebiponty, Rao, Potou…), le riz de la vallée dans le Nord (Saint-Louis), la zone naturelle de la Casamance, l’oignon (Niayes) et le maïs (zone du centre Kaolack) en format 100% bio et naturel. « Eléphant Vert est leader dans les intrants biologiques, nous sommes experts dans le composte ou l’amendement organique, le bio fertilisant, les bios stimulances et les bios pesticides. Nous appliquons des solutions innovantes, des solutions biologiques. Nous sommes au Sénégal parce que c’est un pays stratégique au sein de l’Afrique de l’Ouest, c’est un pays, qui a un vivier important dans le secteur agricole, il y’a une vision très claire de la part aussi de l’Etat du Sénégal dans le secteur de l’agriculture, qui est le Plan Sénégal Emergent. Nous sommes aussi à Ross Béthio avec un stock de 350 tonnes, dans les Niayes à Sébiponty 60 tonnes de produits pour prospecter les clients », a soutenu, ce Jeudi matin à Dakar, René Bajikilé Matala, Directeur Général, du Groupe Eléphant Vert, face à la presse agricole, au cours de la cérémonie de lancement de son produit, dont le thème est axé sur : « Quelles solutions pour une agriculture saine et durable au Sénégal ». Interpellé par le reporter du journal en ligne agricole le www.rondelleplus.org sur l’Agro-Ecologie, qui est en chemin de disparition, selon les spécialistes, René Matala, explique : « La raison d’être d’Eléphant Vert est l’Agro-Ecologie. Nous travaillons pour impulser l’industrie de l’agriculture saine et biologique. Dans ce sens, nous travaillons avec les fédérations qui sont dans le secteur de l’agriculture biologique, tous les producteurs, qui sont dans ce secteur. Nous travaillons même avec les institutions, qui sont dans ce secteur et les autres ». A en croire, Bajikilé Matala, en ces termes : « Il faut passer par l’éducation pour l’utilisation rationnelle de l’engrais, le chimique c’est bien, mais il a des impacts sur nos terres, il n’y a plus de vie dans nos sols. Il faut restituer ces sols là, nous restituons ces sols avec de la matière organique comme le composte, avec de l’engrais organique et de l’amendement organique. Pour le moment, nous commençons avec le stock du Mali où nous avons une usine de grande capacité de 50. 000 tonnes/an. Nous avons déjà du stock sur le terrain, nous avons la capacité et on va investir ici à Ross Bethio pour faire de la production locale avec une plateforme de production de composte à Ross Béthio ». « Nous utilisons aussi la technologie du numérique pour arriver à ses fins, même dans notre façon de communiquer, nous communiquons avec une approche de 360° en incluant les Tic et les Télénumériques », a expliqué, René Matala. D’après lui : « Dans la zone de Podor, dans la filière rizicole, nous avons un rendement de plus de 22%, les résultats sont réconfortants. Nous allons contribuer à atteindre les objectifs de l’autosuffisance en riz. Nos produits sont valables pour toutes les cultures notamment dans le maraîchage, dans les céréales (Riz, Maïs, le Mil, le Sorgho…), le Coton (Tambacounda), l’Arachide dans la zone de Kaolack, Fatick. Nous travaillons aussi avec la Sodefitex ». Pour rappel, le Sénégal perd plus de 250 milliards de francs CFA/an par rapport à ses terres qui ne sont pas fertiles dont 47% des sols sont très médiocres, inaptes à l’agriculture, 36% sont moins faibles. Bref, les zones du Nord et du Sud sont les plus touchées par la baisse de la fertilisation des sols.

 

                              Par Amadou Tidiane Sow

Vous pouvez aussi voir

Laisser un commentaire

All for Joomla All for Webmasters