Accueil agriculture EXCLUSIF…LE PATRIMOINE AGRICOLE DE SEYDI EL HADJ MALICK SY, L’HISTOIRE JAMAIS RACONTEE SUR MAODO

EXCLUSIF…LE PATRIMOINE AGRICOLE DE SEYDI EL HADJ MALICK SY, L’HISTOIRE JAMAIS RACONTEE SUR MAODO

par Amadou Tidiane Sow 2 mars 2017 0 commentaire
2.5i riverine agr DSC_0021

« L’agriculture a donné à Maodo son premier pèlerinage à la Mecque… », selon Serigne Moustapha Sy Ibnou Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine

De Mame Ousmane (Père de Seydi El hadj Malick) à Mame Fawad Wellé (Sa Maman) dans le Gaya, en passant par lui et son fils Serigne Babacar Sy, l’activité agricole était dans la lignée Sy et Maodo l’avait délocalisé à Ndiarndé. Ainsi, ses deux parents qui se sont connus à Gaya l’avaient convaincu avec insistance de retourner aux terres de cette localité pour pratiquer l’agriculture, mais Seydi El hadj Malick Sy n’avait amour qu’aux terres de Ndiarndé pour y cultiver de l’arachide. Dans un entretien exclusif que la famille Sy à accorder à votre canard en ligne agricole le www.rondelleplus.org notamment Serigne Moustapha Sy Ibnou Serigne Abdoul Aziz Al Amine, le tapis herbacé est déchiffré pour fouiller le trésor agricole de Maodo : Le Grand !

 

Sur le chemin caillouteux à la quête de l’information agricole, en ce dimanche 27 Novembre 2016. La Ville sans soleil, la 7ème gare, la Ville de Seydi El hadj Malick Sy. Cet acteur économique, qui faisait du Commerce, de l’Agriculture sa seconde activité, l’éducation sa principale connue de tous, a permis à notre reporter de fouiller le trésor agricole caché par « MAODO ». En effet, il est 17heures à Tivaoune, la Ville chante les écrits et œuvres de « Maodo », qu’il a laissé à l’actuelle génération et à la génération future. Sur l’ambiance de ces chants, nous sommes à la mosquée de Serigne Babacar Sy pour respecter notre devoir d’un pratiquant. Après le rituel des 4 « Rakaas » du « Takussan », nous voilà au domicile de l’arrière Petit Fils de Seydi El hadj Malick Sy, c’est-à-dire, à la maison de Serigne Moustapha Sy Ibnou Abdoul Aziz Sy Al Amine, qui lui aussi est un acteur dans le secteur agricole et s’active dans l’horticulture, l’or vert du Sénégal, en pratiquant les fruits et légumes comme les mangues, les papayes (1 hectare sur le Lac) dans la zone de « Keur Momar Sarr »notamment à Ganketà 5 kilomètres de cette zone, qui donne de l’eau à la vallée, les Niayes et certaines zones urbaines de Dakar. Interpellé sur d’autres variétés que l’homme religieux et intellectuel, qu’il est cultive, Serigne Moustapha Sy soutient, « Nous produisons de l’arachide verte sur le Lac de Guiers, je fais une bonne production  en arachide sur le Lac avec une superficie de 200 hectares. Si vous voulez arachide de bouches ou Gueerté Rossé… ». Pour lui, « Maodo était un homme agricole connu dans le Ndiarndé. Dans cette zone du Walo, Seydi El hadj Malick Sy cultivait de l’arachide et incitait ses disciples à s’activer dans le secteur agricole. Maodo y avait de vastes champs agricoles et il n’a jamais coupé court à sa principale activité, qui est l’éducation. D’ailleurs, Maodo a formé 99 Moukhadams dans la première promotion de Ndiarndé en science religieuse ». « Maodo avait aussi des terres à Gossas, dans le quartier Mame El hadj, qui porte son nom. Le foncier était entre les mains de la famille de Seydi El hadj Malick Sy. Les terres de Gossas faisaient parties du patrimoine foncier de Seydi El hadj Malick Sy. Maintenant, quand Maodo a eu l’information que Cheikh Ahmadou Bamba devait s’installer dans cette localité, il jugea nécessaire de laisser ses terres et que ce patrimoine foncier est perdu à jamais pour ne pas gêner son frère et ami Mame Ahmadou Bamba », a argumenté, Serigne Moustapha Sy, fils de Serigne Abdoul Aziz Al Amine, au cours d’un entretien exclusif, qu’il a accordé à votre canard en ligne dans le secteur agricole le www.rondelleplus.org.A en croire, Serigne Moustapha Sy, l’amoureux et le passionné de l’agriculture, en ces termes : « Boulel (Toolou  Serigne Cheikh) fait partie du patrimoine agricole que Seydi El hadj Malick Sy a légué à sa famille.L’année dernière, Serigne Abdoul Aziz Al Amine (Mon Père) sous le « Ndigeul » de sonfrère et actuel Khalif, Serigne Cheikh Tidiane Sy, avait cultivé 1000 hectares et plus dans le Boulel Médina Sy Belel, une localité située dans la région de Kaffrine. Ces variétés cultivées concernent l’arachide, le mil, le maïs, le sorgho… ». De Mame Ousmane (Père de Seydi El Hadj Malick Sy) à Mame Fawad Wellé (Sa Maman) dans le Gaya, en passant par lui et son fils Serigne Babacar Sy, l’activité agricole était dans la lignée Sy et Maodo l’avait délocalisé à Ndiarndé. Ainsi, ses deux parents qui se sont connus à Gayal’avaient convaincu avec insistance de retourner aux terres de cette localité pour pratiquer l’agriculture, mais Seydi El hadj Malick Sy n’avait amour qu’aux terres de Ndiarndé pour y cultiver de l’arachide. D’après Serigne Moustapha Sy Ibnou Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine : « Seydi El Hadj Malick Sy était un grand producteur dans le secteur agricole, qui luttait contre la famine. Il avait même aidé Fès dans sa production agricole à l’époque gagnait par la famine. L’activité agricole, que Maodo jugeait comme une activité propre, sans corruption, gagnait à la sueur de son front, lui donna son premier pèlerinage à la Mecque. Mieux, Serigne Babacar Sy, lui aussi, l’une de ses premières activités, c’était l’agriculture. Serigne Babacar Sy était un acteur agricole à Saint-Louis. Maodo lui avait permis de pratiquer ce métier d’agriculteur en sortant de l’argent pour aider son fils (Histoire que lui a raconté son Papa Serigne Abdoul Aziz Al Amine : Ndlr». Pour Serigne Moustapha Sy : « Gandiolétait à l’époque le grenier de cette zone du Walo, c’est-à-dire, la zone de Gandiol produisait beaucoup plus de variétés agricoles. Gandiol, Gaba Thielly, Bokhol…étaient des localités où Maodo pratiquait l’agriculture ». « Maodo, le Marabout Toucouleur, de longue taille élancée était un nomade à la recherche d’espaces propices pour éduquer et cultiver la terre. C’est un certain Gouba Amar, qui a amené Mame Maodo à Ndiarndé et Mame SokhnaRokhayaNdiaye l’avait devancé. Ensuite, Maodo l’avait rejoint à son tour et on l’accueilleavec tous les honneurs. Ce Marabout Toucouleur comme on surnommé Maodo avait reçu des terres pour pratiquer son agriculture. Avec son projet communautaire de formation des formateurs, Maodo avait fini de faire de Ndiarndé une terre arachidière et éducative ».Pour rappel, après la mort de Gouba Amar, Maodo avait assuré sa prière mortelle et quitta à l’instant Ndiarndé avec certitude que sa mission dans cette localité est terminée. « Suite à une délégation des commerçants de Tivaoune, qui avaient senti la nécessité d’avoir un marabout qui sait lire et traduire le saint coran à sa juste valeur dans leur localité. De ce fait, des personnes ont plébiscité Maodo, le Marabout Toucouleur. C’est comme ça que Seydi El hadj Malick Sy s’est installé à Tivaoune », a clarifié, Serigne Moustapha Sy Ibnou Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amine dans son salon à Tivaoune avec le www.rondelleplus.org, dans le contexte de préparation de l’ouverture du Bourdatou. Bref, c’est à partir de Tivaoune où sont nés les champs agricoles de Diacksao et de Diamaguene dont la mise en œuvre est assurée par une Génération « Sy »agricole et rompue aux tâches des champs labourés par MAODO : Le Grand !

 

Par Amadou Tidiane Sow

www.rondelleplus.org

Vous pouvez aussi voir

Laisser un commentaire

All for Joomla All for Webmasters